Kaléïdoplumes 1: 2008/2009


 
PortailAccueilFAQMembresRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Jacques a dit...

Aller en bas 
AuteurMessage
pati

avatar


MessageSujet: Jacques a dit...   Jeu 11 Sep 2008 - 17:52

Déserte et silencieuse, la halle se teinte progressivement de cette ombre bleutée qui fascine tant Jacques. Il est arrivé un peu plus tôt. Plein de chaussures emplissent le coffre de sa voiture, en un tas étrange et bigarré.
Immobile au milieu de la halle, il se concentre. Il pense que ça l'occupera bien toute la nuit mais peu importe, certaines choses doivent être faites, c'est tout. Pour l'heure, il veut se souvenir. Il va faire de son mieux.
De petites gouttes d'eau salée perlent sur son front plissé par la concentration.
Son regard a glissé vers le cadre posé sur le banc de pierre. C'est un agrandissement un peu flou d'un collage de photos découpées dans des magazines, ou dans des catalogues. Les mannequins y prennent la pose, souriants et faussement enjoués. La vie idéale sur papier glacé.

Et puis Jacques bouge. Dire ce qui l'a décidé est impossible... Ça tient à des riens, la détermination d'un homme.
Il entame alors un ballet étrange. Il a commencé par piocher les chaussures dans le coffre, mais n'a pas dû juger ça pratique, alors il a tout envoyé à terre, en vrac ! Le tas est impressionnant. Par sa taille, bien sûr, mais aussi par sa diversité. Il y a de tout, des bottes aux mocassins de cuir, des chaussons de bébé jusqu'aux charentaises usées jusqu'à la trame... Il prend des paires de chaussures dans le tas, les dispose par paires, dans la halle maintenant éclairée par la lune et les phares de sa voiture. À chaque paire installée, Jacques marque une pose et regarde la photo sur le banc.
L'alignement continue. Paire après paire, la halle se remplit. se colore d'une multitude invisible. Et puis, le tas est enfin vidé, la halle complètement investie. Une dizaine de lignes, séparées par des sortes d'allées, dans lesquelles Jacques se promène, lentement. Il vérifie, redresse une chaussure par-ci par-là, regarde le collage sur le banc, vérifie encore...

Il est temps. Il se positionne devant la toute première paire de la première rangée. Une paire de chaussons de bébé. Bleus. Avec un petit ruban pour les lacer. Bleu, le ruban. Et Jacques dit :
— Ça, c'est pour ta naissance où je n'étais pas. J'étais VRP, à l'époque, et ta mère a accouché toute seule, pendant que je queutais sur l'autoroute...
Après un dernier regard, Jacques passe à la paire suivante. Un paire de chaussures de foot, avec encore de la terre sous les crampons.
— Ça, c'est pour tes matchs, que j'ai pas vu. Parce que ta mère m'avait déjà quitté. C'est un boulot de con, VRP, tu sais... T'as bien fait de choisir autre chose...
Jacques fait ainsi une pose devant chacune des centaines de paires qu'il a posé par terre. Et fait son laïus devant chacune d'elles.
Au centre de la halle, en plein milieu, un vide. La place pour une unique paire, et pour lui. Jacques fait une pose, là. Le chagrin l'a envahi lentement, inexorablement il lui déchire les entrailles. Allons, un dernier effort...

Une paire de mocassins noirs. Brillants à force d'avoir été cirés.
— Ça, c'est pour ton mariage, auquel nous n'irons pas. Je t'aurais bien imaginé avec la petite Céline, tu sais ? Remarque, si ça se trouve tu la voyais plus, depuis le temps que je suis parti...
Une paire de baskets blanches.
— Parce que je te voyais bien faire du sport... Pour garder la forme, quoi. C'est important quand on vieill...
Jacques essuie une larme d'un geste machinal. La douleur est forte, maintenant.
Une paire de charentaises à carreaux bleus.
— Tu les aurais mises, quand tu aurais été vieux. Elles t'auraient tenu chaud, le soir au coin du feu.

Voilà. Jacques a terminé son inspection. Rassuré, il va s'assoir sur le banc, sort son paquet de cigarettes et s'en grille une, tranquille... D'où il est, il contemple son œuvre, satisfait. Les larmes coulent maintenant en flot continu sur ses joues mal rasées. Tout à l'heure il ira s'allonger au centre de son oeuvre. En son sein. En plein milieu de la vie de son fils. Il posera à ses cotés la dernière paire de chaussures. Celle qui fait office de frontière.
Il aurait bien voulu prendre les chaussures que son fiston portait au funérarium, mais il n'y était pas allé. Il était sur les routes, tandis que se mourait son fils. Il ne l'avait pas su avant des années... quand il avait osé appeler son ex-femme, pour lui demander le numéro de téléphone où il pourrait joindre son fils, parce qu'il se sentait enfin prêt, enfin.
Alors il a pris les bottes de moto, en cuir noir. C'est bien, comme frontière, les bottes... avec la tache rouge sang, sur le talon gauche.

Quand à Jacques, de vie il n'en a plus, de toute façon. Il a trop attendu, voilà tout. La peur de mal faire, de se faire mal recevoir, aussi... Bref il n'a jamais osé aller trouver cet homme qu'était devenu son fils, pour lui dire "Bonjour, fils, tu ne me connais pas mais je suis ton père. Viens, on va causer...."
Depuis qu'il a appris sa mort, Jacques s'est lentement desséché. Vidé de sa substance, de son envie. Il ne peut plus se regarder en face, trop honte... trop mal aussi.
Alors, se poser, là, au centre de cette halle qu'il aime tant, au milieu de la vie de son fils... entre celle qu'il a eu et celle qu'il aurait pu avoir... oui, ce sera bien.
Et fermer les yeux. Se reposer.
Enfin.

_________________
ne jamais dire jamais
Revenir en haut Aller en bas
sprite

avatar


MessageSujet: Re: Jacques a dit...   Jeu 11 Sep 2008 - 20:42

Impressionant! Impressionee!
Revenir en haut Aller en bas
pati

avatar


MessageSujet: Re: Jacques a dit...   Jeu 11 Sep 2008 - 21:38

merci, sprite Smile

_________________
ne jamais dire jamais
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: Jacques a dit...   Jeu 11 Sep 2008 - 22:35

Evidement je pense à la photo de Gilbert Garcin, sur laquelle nous avions "planché" sur Paroles Plurielles.

As-tu pensé à ça en écrivant ton texte? Très émouvant d'ailleurs Shocked

http://www.gilbert-garcin.com/index.htm
Revenir en haut Aller en bas
pati

avatar


MessageSujet: Re: Jacques a dit...   Jeu 11 Sep 2008 - 22:54

oui, j'ai volontairement repris le meme personnage que pour le texte sur cette consigne de coum'
c'est un personnage qui m'a touché ( c con de dire ça quand c toi qui invente un personnage, lol) et j'avais envie d'écrire à nouveau sur lui, donner une autre raison à son geste d'aligner des chaussures...
là, elles lui servent de photos de famille, puisqu'il n'en a pas.

j'ai fait un peu long mais j'ai bien aimé retravailler ce personnage.

je le vois comme ces gens qui parfois traversent la vie sans qu'on les voit vraiment... des ombres, dont on ne connaitra jamais l'histoire...

_________________
ne jamais dire jamais
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Jacques a dit...   Ven 12 Sep 2008 - 9:45

Cela m'a mis des frissons. J'ai failli décrocher au premier paragraphe, puis tes mots m'ont rattrapé et ne m'ont plus laché.
Il y a des choses qui interfèrent dans ton texte, comme le passage sur le cadre photo et le commentaire associé ("la vie idéale sur papier glacé"). Mais je trouve le reste de l'histoire très bien écrit, avec simplicité, sans effets. J'aime particulièrement cette image "Alors, se poser, là, au centre de cette halle qu'il aime tant, au milieu de la vie de son fils... entre celle qu'il a eu et celle qu'il aurait pu avoir... oui, ce sera bien.".
Bravo!
Revenir en haut Aller en bas
pati

avatar


MessageSujet: Re: Jacques a dit...   Ven 12 Sep 2008 - 10:40

le collage de photos de magazines lui sert de "modèle", en quelque sorte. il n'a pas de photos de famille, alors il se fabrique ses propres souvenirs, d'où l'image de "vie idéale sur papier glacé".
je suis restée volontairement floue à ce sujet. parfois, on voit les gens agir sans vraiment savoir pourquoi ils font ce qu'ils font. c'est ce que j'avais envie de traiter Smile

merci de ton comm, funambule Smile

_________________
ne jamais dire jamais
Revenir en haut Aller en bas
MESANGE

avatar


MessageSujet: Re: Jacques a dit...   Ven 12 Sep 2008 - 15:55

Moi aussi, j'ai pensé à la photo de Gilbert Garcin en lisant ton texte. Je suis incapable d'en dire plus car ton histoire m'a prise au tripes.... Crying or Very sad ce désespoir abyssal me noue la gorge et me laisse sans voix Crying or Very sad
Revenir en haut Aller en bas
agnès

avatar


MessageSujet: Re: Jacques a dit...   Ven 12 Sep 2008 - 18:27

Je vais finir par... :( :( :( j'ai lu trop de textes tristes, cet après-midi ! C'est sombre, mais beau !
Revenir en haut Aller en bas
Amanda

avatar


MessageSujet: Re: Jacques a dit...   Ven 12 Sep 2008 - 19:30

Pati, j'arrive en queue de peloton pour me joindre aux autres.
Ton texte est absolument bouleversant et traduit tellement les " actes manqués " d'une vie ordinaire.
Mais tu le racontes avec les mots justes, qui accrochent et donnent envie de te lire et relire encore flower
Revenir en haut Aller en bas
alainx
Modérateur
avatar


MessageSujet: Re: Jacques a dit...   Ven 12 Sep 2008 - 19:35

décidément, la relation père fils semble bien plombée dans bien des textes...

Celui-ci est particulièrement fort.
Revenir en haut Aller en bas
pati

avatar


MessageSujet: Re: Jacques a dit...   Ven 12 Sep 2008 - 20:07

merci à vous Smile

il est plaisant de constater que, quand on prend plaisir à écrire un texte, ce plaisir se retrouve chez ceux qui le lisent Smile
et promis, je ferai plus... soft, la prochaine fois ! Wink (enfin, je tâcherai; lol)

_________________
ne jamais dire jamais
Revenir en haut Aller en bas
Tornade
Modératrice
avatar


MessageSujet: Re: Jacques a dit...   Dim 14 Sep 2008 - 19:41

Ton texte est superbe.
Acte manqué ou non, il est triste de voir tant de gens s'empêcher de renouer, et de vivre ... Mais chacun reste maitre de sa vie (ou au moins devrait rester maître de sa vie en toute conscience), et fait souvent comme il peut ... ou pas...
Revenir en haut Aller en bas
luisasi

avatar


MessageSujet: Re: Jacques a dit...   Mer 17 Sep 2008 - 13:12

Oufff..........quel texte. ..Vraiment cette consigne a amené son pesant de reflexion, de mots lourds et de rendez vous manqués..
Revenir en haut Aller en bas
madeleinedeproust

avatar


MessageSujet: Re: Jacques a dit...   Mer 17 Sep 2008 - 18:23

Dur, dur comme texte... Le poids de la culpabilité...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jacques a dit...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jacques a dit...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cake au crabe, à la St-Jacques et au poireau
» Noix de Saint-Jacques à la vanille
» Jacques Rogy - Pierre Lamblin
» [Tallote, Jacques] Alberg
» Jacques Bouveresse, philosophe français, refuse publiquement la légion d'honneur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kaléïdoplumes 1: 2008/2009 :: -- ATELIERS 2008 -- :: -- ESPACE ECRITURE -- :: ----ECRITURE SUR CONSIGNE :: Consigne 37-
Sauter vers: