Kaléïdoplumes 1: 2008/2009


 
PortailAccueilFAQMembresRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Soixante-quatorze marches

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
pati

avatar


MessageSujet: Soixante-quatorze marches   Mer 12 Nov 2008 - 1:49

Je n'aurais jamais dû en parler, mais je voulais voir.
Alors je suis montée, tout en haut, là où le vent heurte mes oreilles, où il coupe mon souffle et où mes yeux se perdent sur un espace immense. Je voulais voir de mes yeux si ma mémoire est fidèle, si mon imagination ne s'était pas trompée.
Je suis montée d'une traite. Sans m'arrêter. Sans souffler. Soixante-quatorze marches serrées en colimaçon, lancées à l'assaut d'une illusoire lumière.
J'ai bu le paysage offert à ma vue. Je voulais voir, j'ai vu.
Il n'y a rien à voir. Qu'une bête forêt même pas belle, que quelques champs. Verts les champs. Très verts.
Aucune trace, rien. Aucun vestige. Juste une cheminée effondrée en tas au pied d'une vieille voie ferrée.
Et si on regarde bien, peut-être quelques lignes droites, quelques rectangles plus gris sur le vert tendre d'une herbe printanière. Je ne suis même pas sûre de ne pas les rêver.
Ma main se referme en poing sur cet objet usé. Je n'aurais jamais dû en parler, mais ... je l'ai fait.

C'est au moment de redescendre que c'est arrivé. Les mots d'une journée d'enfance se déversaient au fond de mon ventre. Des mots violents, et si tendrement prononcés. Arrivée à la meurtrière brillamment découpée par le soleil d'avril, mes pieds se sont bloqués et j'ai perdu le fil avec un présent qui n'était plus le mien.
D'un coup, les lieux ont pris une autre teinte, une autre respiration. Je voyais. Tout. J'entendais.
Les cris, les aboiements, les terreurs ahuries. Je voyais tout ce que je n'étais pas censée voir. Une sensation étrange qui mêlait mes souvenirs d'enfant aux visions d'horreur d'un autre que moi. Je ressentais non pas la peur, mais l'hébétude d'une foule qui ne résistait plus. Il neige. Mais non, ce n'est pas de la neige, ce sont des...

...voix d'enfants qui crient, qui m'appellent.
Maman, viens, maman, j'ai faim, redescend.
Je tressaille comme après un mauvais cauchemar. Ma main est crispée sur une pierre qui dépasse un peu du mur décrépi. Je suis en nage, j'ai le souffle court et j'ai les joues baignées de larmes que je ne me souviens pas avoir versées.
Mon poing est toujours serré sur l'objet sacré. Arrivée en bas, j'ai retrouvé mes fils.
Ça y est maman, on peut y aller ?
Oui on peut. Attend, non, juste une minute.


Après un dernier regard sur la vieille tour délabrée de l'église en ruines qui jouxtait le camp, je me suis agenouillée. J'ai sorti le couteau de mon grand-père, celui avec lequel il nous coupait le pain. J'ai creusé à grands coups rapides. Juste un petit trou de rien du tout. Pour ce petit papier qui ne paie pas de mine. Une enveloppe sale et jaunie d'un vieux bonbon au citron.

Je n'aurais jamais dû en parler, mais je l'avais fait. Et mon grand-père avait déversé ses souvenirs d'un autre monde, d'un enfer dans ma mémoire d'enfant. A la fin de cette étrange confession, il m'avait demandé juste une chose. Une toute petite chose.
Aller là-bas enterrer ce vestige qu'il me léguait mais qui ne m'appartenait pas. Qu'il retrouve ceux qui n'avaient pas eu la chance de vivre une autre vie. Qu'il regagne sa place. Parmi les cendres.

Dors tranquille papé. C'est fait.

_________________
ne jamais dire jamais


Dernière édition par pati le Mer 12 Nov 2008 - 2:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Papetyn

avatar


MessageSujet: Re: Soixante-quatorze marches   Mer 12 Nov 2008 - 2:05

Très ému par ton texte! bravo
Il a réveillé quelque chose d' enfoui profondément! un vieux souvenir!
Revenir en haut Aller en bas
pati

avatar


MessageSujet: Re: Soixante-quatorze marches   Mer 12 Nov 2008 - 2:09

pas trop douloureux, j'espère... ce n'est pas le but, de faire pleurer dans les chaumières mais... disons que ce texte relate quelque chose que j'aimerais un jour avoir le courage de faire...

merci de ta lecture éclairée, Papetyn Smile

_________________
ne jamais dire jamais
Revenir en haut Aller en bas
agnès

avatar


MessageSujet: Re: Soixante-quatorze marches   Mer 12 Nov 2008 - 11:52

Quel beau texte ! Très belle écriture.
J'aime particulièrement :
"Les mots d'une journée d'enfance se déversaient au fond de mon ventre. Des mots violents, et si tendrement prononcés. Arrivée à la meurtrière brillamment découpée par le soleil d'avril, mes pieds se sont bloqués et j'ai perdu le fil avec un présent qui n'était plus le mien.
D'un coup, les lieux ont pris une autre teinte, une autre respiration."

Ca remue en moi...
Revenir en haut Aller en bas
Amanda

avatar


MessageSujet: Re: Soixante-quatorze marches   Mer 12 Nov 2008 - 12:19

Magnifiquement émouvant... flower
Revenir en haut Aller en bas
pati

avatar


MessageSujet: Re: Soixante-quatorze marches   Mer 12 Nov 2008 - 12:44

heureuse qu'il vous ait plu Smile

_________________
ne jamais dire jamais
Revenir en haut Aller en bas
BRIGOU

avatar


MessageSujet: Re: Soixante-quatorze marches   Mer 12 Nov 2008 - 13:38

Bravo Pati pour ce texte !
Il est plein d'émotions et j'ai pris plaisir à le lire et le relire.
Revenir en haut Aller en bas
pati

avatar


MessageSujet: Re: Soixante-quatorze marches   Mer 12 Nov 2008 - 15:36

merci brigou Smile

je peux pas dire avoir aimé l'écrire, mais il me tient à coeur, ce texte.

_________________
ne jamais dire jamais
Revenir en haut Aller en bas
madeleinedeproust

avatar


MessageSujet: Re: Soixante-quatorze marches   Mer 12 Nov 2008 - 20:46

Un texte qui prend aux tripes... et qui fait remonter de vieux souvenirs...
Revenir en haut Aller en bas
Plumentête

avatar


MessageSujet: Re: Soixante-quatorze marches   Mer 12 Nov 2008 - 21:10

Effectivement une seule marche nous sépare...mais à la lecture de ton texte j'ai noté qu'il m'en restait encore pas mal à franchir avant d'arriver au niveau du tien!!! Non seulement ton texte est très émouvant par son thème bien sûr mais également par la qualité de ton écriture, sobre, juste. Une très bonne trouvaille que ces deux mémoires qui se juxtaposent jusqu'à se confondre, un très bon moment de lecture, merci.
Revenir en haut Aller en bas
pati

avatar


MessageSujet: Re: Soixante-quatorze marches   Mer 12 Nov 2008 - 21:33

madeleine > oui de vieux souvenirs. et une promesse que faudrait quand même que je songe à tenir Smile

plumentête > ben ? ça va pas de se dévaluer comme ça ? Smile moi j'ai bien aimé ton texte. il a une fraicheur qui tranche singulièrement avec le mien, et c'est très bien comme ça. je n'aurais pas aimé que mon idée de consigne nous plonge tous dans le lugubre et le sombre.

en même temps, tu sais, je triche un peu. ce sujet, je l'ai abordé souvent. chuis rodée WinkWink

merci pour ta lecture et tes mots. et arrête de comparer, m'enfin ;op

_________________
ne jamais dire jamais
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Soixante-quatorze marches   Mer 12 Nov 2008 - 22:23

Magnifique... Tout simplement magnifique. :°]-:
Revenir en haut Aller en bas
Charlotte

avatar


MessageSujet: Re: Soixante-quatorze marches   Mer 12 Nov 2008 - 22:34

C'est un texte qui raconte une terrible histoire que je ne suis pas sûre d'avoir comprise ou que j'ai peur de comprendre. Tu parles de neige qui semble être des cendres et de camp...( de concentration)Alors je préfère me taire pour ne pas dire de bêtises .Mais j'ai compris que c'est une histoire qui t'a fait souffrir!
Revenir en haut Aller en bas
pati

avatar


MessageSujet: Re: Soixante-quatorze marches   Mer 12 Nov 2008 - 22:39

tu as bien compris. mon gd-père a été déporté. ce texte est en partie auto biographique.
sauf que je n'ai pas encore fait ce geste demandé.

mais de souffrance non. une grande émotion, oui, de la colère pour SA souffrance, oui. mais je retiens surtout la joie énorme qu'il m'ait choisie pour enfin en parler.
ses cauchemars quotidiens se sont arretés net, apres Smile

_________________
ne jamais dire jamais
Revenir en haut Aller en bas
Sherkane

avatar


MessageSujet: Re: Soixante-quatorze marches   Mer 12 Nov 2008 - 23:20

Un texte très fort que tu nous fait partager avec qq part une très grande pudeur
Merci sunny
Revenir en haut Aller en bas
pati

avatar


MessageSujet: Re: Soixante-quatorze marches   Jeu 13 Nov 2008 - 10:44

merci, sherkane. Smile

pudeur, oui,, enfin je sais pas lol
je fais par contre très attention à ne pas tomber dans le drama, quand j'aborde certains sujets, dont celui-là. c'est possible que ça joue

_________________
ne jamais dire jamais
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: Soixante-quatorze marches   Jeu 13 Nov 2008 - 10:50

Pfffffffffffffffff! Un papier de bonbon... Un trésor.... C'est ..... Bon, très bon à partager. journal
Revenir en haut Aller en bas
pati

avatar


MessageSujet: Re: Soixante-quatorze marches   Jeu 13 Nov 2008 - 13:31

bon... comme un bonbon ? Wink

ben merci, l'admin Smile

_________________
ne jamais dire jamais
Revenir en haut Aller en bas
Cédille

avatar


MessageSujet: Re: Soixante-quatorze marches   Jeu 13 Nov 2008 - 19:06

Juste une cheminée effondrée en tas au pied d'une vieille voie ferrée

Je n'ai vu aucune cheminée effondrée, mais j'ai visité le camp de Dachau en Bavière. Le souvenir reste en moi et je voudrais l'effacer... en vain. Horrifiée par les photos du bâtiment d'accueil, j'ai voulu m'échapper. Au bout de la grande place d'appel je voyais des arbres derrière un mur, je m'y suis rendue, c'était un jardin accueillant. Derrière le mur se trouvait aussi un bâtiment, j'y suis entrée et suis restée clouée sur place. Au sol je crois me souvenir qu'il y avait des tomettes, puis j'ai levé les yeux. Au plafond il y avait comme des pommeaux d'arrosoirs. J'étais dans une chambre à gaz. Prise de panique j'ai couru droit devant moi et j'ai débouché dans une vaste salle où étaient alignées les fours. Dans mon souvenir il y a deux rangées de quatre fours. Ai-je rêvé? il m'a semblé y voir encore des cendres. Je ne sais plus comment j'ai rejoint mon groupe car la panique était totale.

Petite remarque en passant, le groupe d'élèves qui nous était confié a poursuivi son occupation préférée (écouter de la musique) comme si de rien n'était, dès que nous avons rejoint notre car. Innocence du jeune âge ?

Fasse le ciel que ce déni de l'homme soit le dernier, je croise les doigts car j'en doute beaucoup.

Ceci dit Pati ton texte est émouvant et c'est peu dire.
Revenir en haut Aller en bas
pati

avatar


MessageSujet: Re: Soixante-quatorze marches   Jeu 13 Nov 2008 - 20:40

merci de ton témoignage, Cédille, il me touche beaucoup que tu l'offres en partage à la suite de mon texte. Smile

comme je n'ai pas encore tenu cette promesse, je ne sais pas à quoi m'attendre, sur place. je sais juste que bon nombre de camps ont ainsi purement et simplement disparu. je crois même que sur certains camps de travail, il y a aujourd'hui des zones industrielles ou commerciales.
je crois que ce n'est pas le cas pour celui dont m'a parlé mon grand-père. de toute façon, il en a fait 3, dont Auschwitz. alors je sais que si je ne trouve pas d'endroit adéquat dans le camp de Lublin, je pourrai toujours tenter de laisser ce "trésor" dans un des deux autres camps qu'il a "visité".

mais tu vois, je crois que nos réactions seront différentes, sur place. c'est pour ça que j'attends. j'attends d'être prête à confronter des mots à des lieux. et s'il est une chose que je veux absolument éviter, c'est justement d'avoir envie de tout oublier.

_________________
ne jamais dire jamais
Revenir en haut Aller en bas
lauravanelcoytte

avatar


MessageSujet: La prose   Jeu 13 Nov 2008 - 20:52

me fait souvent revivre des choses douloureuses...
Revenir en haut Aller en bas
pati

avatar


MessageSujet: Re: Soixante-quatorze marches   Jeu 13 Nov 2008 - 20:54

je m'en doute, Laura. et ce doit être pourquoi tu cloisonnes ainsi tes mots, peut-être qu'en les découpant ainsi, tu maitrises mieux ce qu'ils te rappellent.

pourtant, tu sais, c'est quand l'auteur est remué qu'il livre ses plus beaux joyaux... Smile

_________________
ne jamais dire jamais
Revenir en haut Aller en bas
lauravanelcoytte

avatar


MessageSujet: Je parlais par rapport à ton texte...   Jeu 13 Nov 2008 - 20:57

...car j'aborde aussi en vers des sujets qui me font mal aussi... mon mari a même pleuré l'autre jour en me lisant...
Revenir en haut Aller en bas
Sherkane

avatar


MessageSujet: Re: Soixante-quatorze marches   Jeu 13 Nov 2008 - 22:09

Pati,

Si ce n'est pas indiscret, quel âge avais tu quand ton grand-père t'as parlé de tout cela?
Revenir en haut Aller en bas
pati

avatar


MessageSujet: Re: Soixante-quatorze marches   Jeu 13 Nov 2008 - 22:54

j'avais douze ans et demie, sherkane.

oué, ça peut paraitre jeune. mais comment dire... j'ai jamais rien fait comme tout le monde.
surtout au début de ma vie. Wink

_________________
ne jamais dire jamais
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Soixante-quatorze marches   

Revenir en haut Aller en bas
 
Soixante-quatorze marches
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» les marches de noel
» quatorze ans et demi en Belle Tenue Bleue
» la descente des marches
» Historiques et Journaux des Marches et Opérations
» Sur les marches du temple

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kaléïdoplumes 1: 2008/2009 :: -- ATELIERS 2008 -- :: -- ESPACE ECRITURE -- :: ----ECRITURE SUR CONSIGNE :: Consigne 46-
Sauter vers: