Kaléïdoplumes 1: 2008/2009


 
PortailAccueilFAQMembresRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'histoire entière et dans l'ordre n° 1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
pati

avatar


MessageSujet: L'histoire entière et dans l'ordre n° 1   Jeu 1 Jan 2009 - 21:06

Chapitre 1



« Moi, Armand, Jacques, Antonin de la Ferté-Lafitte, sain de corps et d’esprit, je lègue... »

Quoi ?... Et à qui ?... Ce fut sur cette dernière plaisanterie que mon grand-père mourut d’une crise cardiaque, écroulé sur le testament qu’il rédigeait.
Il avait fait de sa vie un roman . Beau, élégant, la coqueluche des années folles, il dansait le charleston comme pas un. Il lut « La Garçonne » de Victor Margueritte avant tout le monde et « L’Atlantide » de Pierre Benoit, qui faisait tant rêver les hommes à la sortie du cinéma, Brigitte Helm en Antinéa, sulfureuse et irrésistible, l’influença-t-elle ? Nul n’en sut jamais rien. Mais au lieu de s’exiler dans le Hoggar, où se déroulait l’aventure romanesque, il partit pour les Indes.

On prétendit qu’il était fabuleusement riche. Reçu par le Sultan Omar-el-Kabba, revint-il lesté de pierres précieuses comme le prétend la rumeur ? Cacha-t-il un trésor ? Comment savoir ? Certes, Honorine sa gouvernante, affirma qu’il lui montra une lettre scellée en disant :
— S’ils contestent le testament, tu la remettras à qui tu sais. Je la mets en lieu sûr.
Où ? Elle prétendit l’ignorer. Puis sa mémoire vacilla ; en 1990, elle chuchota :
— Dans l’escarcelle...Retiens bien, dans l’escarcelle...
Mais quelques jours plus tard, comme mon père descendait l’escalier du grenier où il n’allait guère d’habitude, elle surgit et l’attrapa par la manche, menaçante :
— Jamais, tu entends, Charles, jamais tu ne sauras !

Papa, interloqué, tenta d’apaiser la vieille dame qu’Alzheimer avait rejointe et qui mourut peu après, paisiblement dans son lit. Je n’ai pas connu ma grand-mère. Elle épousa Armand de la Ferté-Lafitte peu après son retour des Indes, mit au monde le petit Charles, souffrit un peu des incartades de son brillant époux et mourut de phtisie. Maman murmurait quelquefois : « Paix à ses cendres » et furetait dans les grandes caisses fermées qui encombrent les chambres supérieures du manoir. Elle s’impatientait et m’annonça récemment :
— Il n’y a pas de fumée sans feu. Si ton grand-père a caché des bijoux, nous devons les retrouver. Et d’abord, la fameuse lettre...

Si maman se tracassait pour une fortune fantôme, Manon, mon amie de toujours, se tracassait pour son père, notaire et soupçonné de graves détournements. Je n’en croyais rien. Ce qui me préoccupait, moi, c’était « qui tu sais... » Celle ou celui de qui, finalement, personne ne savait rien. C’était décidé : j’allais entamer ma petite enquête.


Chapitre 2



Le Bel Armand, ton grand-père, si séduisant qu’il fut, était fort négligent, me déclara tout de go mon amie Manon en sirotant une tasse de thé vert à l’ombre du marronnier.
Confortablement installées dans le jardin derrière le manoir, dans des fauteuils en rotin à faire pâlir d’envie « Emmanuelle » ( pas la Sœur, non, l’autre, celle du film …) nous papotions.
A ma demande, Manon s’était renseignée à l’étude, auprès de Monsieur Copeau, le clerc le plus âgé en lui faisant jurer de ne rien dire à son père. Je ne sais comment elle s’y est prise, mais il a juré…
Je rétorquai assez sèchement :
— Négligent, négligent ! Qu’est-ce que ce vieux schnock entend par là ?
Manon baissa la voix :
— Ben, tu sais, il semait à tout vent !

Bref, Charles, mon père ne serait pas son unique enfant. Armand en aurait eu d’autres, des « tas » et il faudrait une « armée » de détectives pour les retrouver… Pour ma part je pensais que ce Copeau devait être de Marseille, mais Manon insistait :
— Tu sais, le Bel Armand, s’il est parti aux Indes, ce n’est pas par caprice, cela ressemblerait plutôt à une fuite… Et si ma grand-mère mourut jeune, ce n’était pas tellement de phtisie que de chagrin !
Là-dessus, Manon changea carrément de sujet et me lança :
— Tu ne devinerais jamais ce qui m’arrive ? Je suis amoureuse !

"Tu m’étonnes !"... Manon tombait amoureuse comme moi je vais chez le coiffeur, en moyenne une fois par mois.
— Mais si, je t’assure, cette fois avec Pierre c’est du sérieux ! Je l’ai rencontré à l’étude justement. Il achève son droit et commence un stage chez Papa. Tu le verrais, tu n’en croirais pas tes yeux : grand, beau, élégant. Il danse divinement bien ! La coqueluche de toutes les femmes ! Mais pas touche ! Je le tiens, je le garde !

Je pensai: "Comme les autres!... " Et puis, je n'y pensai plus.


Chapitre 3



Certes, dans ma famille il se murmurait des choses. J'aurais eu des oncles et des tantes disséminés aux quatre coins du monde. Et si la clé du mystère se trouvait chez l'un d'eux ? Ou s'ils savaient, tout simplement ? Mon père, lui, devait savoir, comment pouvait-il en être autrement ? Et pourquoi ne m'en avait-il rien dit ?Je devais en avoir le cœur net. Autant de questions qui appelaient des réponses nécessaires à mon histoire, plus encore qu'à celle des bijoux.

Un doute m'assaillit soudain. Pierre... Pierre... La façon dont Manon me le décrivait me laissa pensive... Son Pierre me rappela un enfant que j'avais connu par le passé, le fils d'une famille ennemie de la mienne depuis la génération de mon grand père. Je m'égarais sans doute, voyant le mal partout, tellement soucieuse de l'avenir de cette affaire et de la réputation d'Armand.

Tout de même... Comment ne pas être perplexe. Pierre était un enfant illégitime. Lorsque l'origine de sa naissance fut arrivée aux oreilles de la ville, il fut considéré comme le bâtard des lieux, et de honte s'exila. Il avait tout laissé derrière lui : ses « parents », frères et sœurs, oncles et tantes. Avec des regrets immenses mais aussi la crainte maladive du qu'en dira-t-on. Puis les années passèrent et plus personne n'entendit parler de lui.

Il s'agissait certainement d'un hasard. Je devais me concentrer sur des certitudes, des faits, je devais chercher là où les indices me portaient. C'était là que j'allais trouver des réponses. Pas dans des doutes de petites fille qui refaisaient surface. Je me mis rapidement au travail.


Chapitre 4



Je venais d’arriver dans le bâtiment du Matin Info où j’avais rendez-vous avec Monsieur Pastrioz, le responsable du bureau des archives. Nous cherchions si des évènements concernant des faits particuliers avaient pu influencer sa décision de partir pour les Indes.. Il avait à cœur de repérer des évènements pouvant modifier le cours de la vie de plusieurs familles. Certainement la raison pour laquelle le père de Manon avait tellement insisté pour que j’aille consulter son ami., Monsieur Pastrioz.Toutefois, après avoir décortiqué des dizaines de chroniques, celui-ci me signifia :
— Je ne peux vous servir davantage, je m’en vois ardemment désolé.
Désappointé de n’avoir rien trouvé, je sortis du bureau.

Dans la cohue des passants, quelqu'un me heurta sans ménagement. Une poussée brutale... Une poussée que je ressentis volontaire, un individu qui essayait peut-être de m'arracher mon sac. En vain ! Il s'enfuit et en me retournant, j'eus juste le temps de voir qu'il s'agissait d'un homme blond et très grand.
Je longeai les trottoirs, frôlant les murs des maisons, mon esprit concentré sur cet homme m’ayant bousculé. Ce n’était pas la première fois que je me faisais pousser. Pourtant cette fois-ci, ce banal évènement me travaillait.

La nuit tombée, j’arrivai chez Manon. Elle m'ouvrit la porte, d'emblée je lus dans ses yeux sa question. Installée dans un fauteuil au salon, je lui racontai mon entretien avec monsieur Pastrioz. Après un court moment de silence, Manon rajouta :
— Je sens que quelque chose d’autre te tourmente…
Alors je lui racontai ma bousculade.
— Je ne comprends pas quel rapport avec ton enquête, dit-elle, ça survient souvent d’être abordé par d’autres.
Le téléphone sonna, Manon se précipita dans le corridor.
— Allo ?
Elle poussa un petit cri. Elle revint dans le salon avec un air livide, la bouche entrouverte, et balbutia ces quelques mots :
— Écoute Lisa, c’était Maman, des policiers sont venus chercher Papa !


Chapitre 5



J'ai passé la journée avec Manon. Elle était dans tous ses états, naviguant entre rage et abattement. Son père, le notaire si respecté de notre petite ville, avait été arrêté la veille au soir, pour malversations, dissimulations de documents. La police disait avoir reçu une lettre de dénonciation et avoir saisi à l' étude des documents compromettants. L'avocat au grand nom diligenté par la maman de Manon, ne racontait pas grand chose pour l'instant...
Manon répétait :
— Sur dénonciation, sur dénonciation... Tu te rends compte ! J'ai réfléchi cette nuit. Depuis qu'il avait compris qu'on enquêtait sur ton grand-père, il était devenu soucieux... Et cet homme qui t'a bousculé devant le bureau des archives du Matin Info, je suis sure que c'est le même qui sortait du bureau de mon père qui était absent, le jour ou je suis allée voir Pierre... Et ce que nous avons trouvé à l'état civil, concernant la double vie de ton grand père... Ce doute concernant son départ pour les Indes, allant à l'encontre de ce que Pierre avait trouvé... Cette facture de chirurgien réparateur du visage trouvée dans le dossier à l'étude et dont la date correspond à sa fuite... Je le sais, mon père doit savoir quelque chose et c'est pour l'empêcher de parler qu' on l'envoie en prison !
Je ne savais quoi lui répondre..
— Eh, ma Jessica Fletcher, tu t'enflammes sur la théorie du complot !!!! Même si la police d'ici est plus proche de Julie Lescaut que des Experts Miami, ils verront bien que ton père est innocent... ils vont le relâcher, t'inquiète pas. Le testament, la fortune, tout ça n'existe pas, quelle qu'ait été la vie de mon grand père!!! Ton père ne l'a pas et j'ai passé la maison au peigne fin, y compris ce foutu grenier!

Pierre venait d'arriver, il nous écoutait avec attention.
— Tu as un grenier ? Tu as bien de la chance ! Il s'assit à coté de Manon, lui prit la main. Je m'éclipsais.


Chapitre 6



La pluie avait enfin fini de tremper le paysage. Un soleil timide perçait au travers des nuages encore bas. J'étais sortie faire un tour dans le jardin, mon café à la main. La légère brume humide donnait à la maison des airs de vieux manoir mystérieux.
Levant les yeux, je remarquai qu'une lumière brillait au grenier. Pestant contre l'idiot qui avait oublié d'éteindre, je remontai l'allée prestement et montai l'escalier raide qui menait sous le toit. Avant d'éteindre, je laissai mon regard se perdre sur les objets entassés là au fil des générations.
Un détail me sauta soudain au visage. Le coffre était ouvert ! j'étais pourtant sûre de ne pas l'avoir ouvert ces derniers jours.
Je m'approchai lentement, avec comme une boule d'appréhension au fond du ventre. Le coffre avait été fouillé, tout était sens dessus dessous. Je me penchai et commençai à tout ranger. C'est en ramassant un vieux châle en dentelle que j'aperçus une enveloppe, coincée derrière le coffre, à peine visible.
A l'intérieur, une lettre. Je parcourus à la hâte l'écriture ample et penchée. Mon dieu ! J'avais sous les yeux la preuve que nous avions cherché sans résultat pendant des jours ! Tout s'éclairait enfin ! Manon avait raison, depuis le début ! Je dévalai l'escalier à toute allure, et pris le téléphone. J'avais hâte d'apprendre à Manon que j'avais entre les mains la lettre qui allait innocenter son père.
— Allo, Manon ? Manon, c'est incroyable ! J'ai trouvé la lettre !
— Lisa, c'est toi ? mais quelle lettre ? Attend... la... LA lettre ?
— Oui ! Appelle Pierre, qu'il écoute aussi !
— Il est parti voir un copain. Mais lis-la moi sans attendre, je t'en prie !

C'est le sourire aux lèvres que je pris la balle dans la poitrine. Stupéfaite, je vis le sang suinter entre mes doigts et, relevant les yeux, je vis Pierre. Il me regarda agoniser d'un œil glacé.
Au bout du fil, Manon m'appelait, encore et encore...


FIN.

_________________
ne jamais dire jamais
Revenir en haut Aller en bas
pati

avatar


MessageSujet: Re: L'histoire entière et dans l'ordre n° 1   Sam 10 Jan 2009 - 4:04

et pour finir, voici, complète, l'histoire des perroquets jaunes ! Smile

Joli suspense, resté ouvert en finale... Qui est Pierre ? Le père sera-t-il innocenté ? autant de possibilités offertes au lecteur !
pas mal du tout ! bravo à vous 5 Smile

_________________
ne jamais dire jamais
Revenir en haut Aller en bas
madeleinedeproust

avatar


MessageSujet: Re: L'histoire entière et dans l'ordre n° 1   Sam 10 Jan 2009 - 13:47

Argh! une fin ouverte...
Revenir en haut Aller en bas
luisasi

avatar


MessageSujet: Re: L'histoire entière et dans l'ordre n° 1   Dim 11 Jan 2009 - 11:43

Argh ! j' adore les fins ouvertes::Smile)))) !!! clown
Revenir en haut Aller en bas
Lorraine

avatar


MessageSujet: Re: L'histoire entière et dans l'ordre n° 1   Dim 11 Jan 2009 - 18:50

Merci à vous! Une fin ouverte... Nous ne nous sommes pas concertés, il fallait maintenir le suspens et j'espérais vivement que la fin de l'énigme...soit une énigme! Inconsciemment sans doute, chacun a avancé sans donner les précisions qui auraient donné nettement le pourquoi et le comment. Et voilà comment on en arrive à "L'énigme de l'énigme"!...

Contents bye
Revenir en haut Aller en bas
agnès

avatar


MessageSujet: Re: L'histoire entière et dans l'ordre n° 1   Lun 12 Jan 2009 - 16:30

J'ai beaucoup aimé ! Une belle unité dans les différents récits... Et puis, j'aime quand la fin est ouverte. bravo
Revenir en haut Aller en bas
Lorraine

avatar


MessageSujet: Re: L'histoire entière et dans l'ordre n° 1   Lun 12 Jan 2009 - 16:43

Marjas, toi aussi tu aimes les fins ouvertes! Quelle chance! Certains préfèrent être rassurés par une solution à l'énigme. D'autres préfèrent échafauder des solutions. il en faut pour tous les goûts!
Merci à toi,
Lorraine

bye
Revenir en haut Aller en bas
Nerwen

avatar


MessageSujet: Re: L'histoire entière et dans l'ordre n° 1   Lun 12 Jan 2009 - 19:25

Tous les ingrédients du récit romanesque sont réunis, dans ce texte très agréable à lire... Ancêtre à la vie dissolue, voyage aux Indes, bijoux et pierres précieuses, testament introuvable, témoins muets... et pour finir la question sans réponse "QUI est Pierre?" ouvre la voie à toutes sortes de spéculations. J'aime ! bravo
Revenir en haut Aller en bas
Amanda

avatar


MessageSujet: Re: L'histoire entière et dans l'ordre n° 1   Lun 12 Jan 2009 - 19:28

Merci à tous !
Et maintenant, place à l'imaginaire, chacun le sien...
L'histoire à l'envers continue à vivre en vous tous !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'histoire entière et dans l'ordre n° 1   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'histoire entière et dans l'ordre n° 1
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rangez ces nombres dans l'ordre croissant...
» Dans quel ordre lire les Royaumes Oubliés ?
» Mettre les lettres dans l'ordre !
» Ordre de classement des sms dans l'onglet TF3D [Résolu]
» Les 250 meilleurs films de l’histoire réunis dans une vidéo de 2 minutes 30

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kaléïdoplumes 1: 2008/2009 :: -- KALEID'EXTRAS -- :: --ANNIF--2008 :: L'histoire à l'envers, le kaléïd'photos et le kaléïd'intime-
Sauter vers: