Kaléïdoplumes 1: 2008/2009


 
PortailAccueilFAQMembresRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Cest ca aussi Kale, merci Cassy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
sprite

avatar


MessageSujet: Cest ca aussi Kale, merci Cassy   Sam 3 Jan 2009 - 5:33

Petit miracle de Noël

D’habitude, ce sont les souvenirs de grisailles qui remontent.
Ceux qui font encore assez mal, et qu’il faut balayer du cerveau à force de volonté, surtout les plus récents d’une année dont on aimerait bien rayer une grande partie… si on pouvait.

Mais en cette veille de Noël, on s’efforce de positiver. Ben, oui, il faut. Parce que… euh, ben, parce que si on se laisse aller on en rajoute encore à tous les malheurs du monde, et ça, il vaut mieux éviter, parce qu’en retour ça fait mal aux autres.
Mais il se trouve qu’on est faché, non seulement avec le Père Noël et le Père Fouettard (d’ailleurs on n’a pu écrire, ni à l’un, ni à l’autre, même si on risque de récupérer la Germaine en session soutien psychologique pour maltraitance à outrance de la part de ceux qui prétendent l’aimer. On lui dira bien qu’il est peut-être préférable de se laisser lutiner pour soulager les frustrations de quelque elfe surmené de travail en ce moment de l’année, plutot que de chercher encore le grand amour dans les bras du rival de celui qui l’a délaisse. A son âge, c’est pas raisonnable voyons ! Et quand on dit, délaisse, c’est peut-être ‘des laisses’ qu’il faudrait écrire, car si on a bien lu, elle ne rechigne pas à certains jeux la Germaine, mais pour l’instant, si on entend `Fouettes cocher !’, c’est bien la voix du Noël envers ses Rennes, ou Noël avec ses rênes ? humm, ces clins d’œil du language quand même...)

Et voilà, pourquoi on écrit moins sur Kalé, because on commence, pour dix lignes maxi on se dit ; on ouvre une parenthèse et hop, on se retrouve en Laponie sans savoir ni pourquoi, ni comment. Les petits miracles de Noël pourtant ne sont pas tous aux pôles ni fait par Paul, cet apôtre un peu trop people.

Alors revenons à nos moutons.

Oui, on est faché. Avec tous les pères de la terre (ou presque), mais surtout le Très-Haut, celui d’où paraît-il tout est parti, depuis le Big Bang. Oh, on sait bien d’avance qu’on y peut rien, qu’Il aura toujours le dernier mot qui ne sera pas forcément Zhytum, mais que quand même, il exagère, parce que enfin, on fait quoi dans la vie, si ce n’est pas d’essayer de lui donner un petit coup de main par ci par là, alors pourquoi Il ne nous donne pas ce qu’on veut de temps en temps : un petit bonheur terrestre qui dure un peu. Mais Il nous donne, paraît-il, ce dont on a besoin, pas ce qu’on veut ! Comme si on avait besoin de la douleur.

Et voilà, de parenthèse en thèse. C’est fichu pour mes dix lignes. Et j’ai encore rien dit. Enfin rien de bien compréhensible et si je me met à théser (vaux mieux que je me taise) maintenant de la raison et du pourquoi de la douleur, un lendemain de Noël, pour souhaiter un anniversaire à quelqu’une qu’on connaît bien peu, mais qui vous a touché beaucoup, par un récit envoyé par mail et par un échange, d’apparence anodine une veille de Noël, avec elle et un acolyte qui mène bon Train, et qu’on découvre aussi sous un jour nouveau….

Pas la peine de revoir la phrase ci-dessus. On s’y est fourvoyé et on n’a encore rien abordé du miracle.

Bon, on efface tout et on recommence ou plutôt …
On efface rien, mais on recommence quand même !

Veille de Noël. Réveil. Pleins de choses à faire mais alors pas du tout, du tout envie. Alors on se connecte sur Kaléidoplumes même si on sait qu’on va y perdre du temps, pourtant y’en a des choses à faire, et pas le moindre de s’atteler aux deux écrits à rendre avant le 14 Janvier et que satisfaire les profs de l’Uni, c’est pas du tout cuit. Eux ils veulent de la fiction ; moi, je m’entête à vouloir rester aussi près de la réalité que possible, même si je suis d’accord avec eux que l’acte d’écrire devient automatiquement une fiction, que le choix des mots déjà transforme le vécu et l’embellit où l’enlaidit, qu’ils ont beau vouloir être `objectifs’, les mots, c’est impossible. Que tout, toujours, est `subjectif’ parce que perçu par les sens d’un `sujet’ . Et puis, même si le jour de Noël sera dans le registre du simple entre une fille et soi, il reste des courses à faire, des décorations à accrocher, des coups de fil à donner, des timbres à coller, des moutons sous le lit à aspirer.

Si on y revenait à nos moutons, pardi !

On n’a pas pu s’empêcher de se connecter et chose qu’on évite d’habitude toujours à tout prix, on se rend dans la chat room et ça, on se l’interdit complètement depuis des années. Oh, on aime bien le chat. On y a passé des heures entières d’affilé il y a quelques années à se réhabiliter inconsciemment au mode de pensée des ses contemporains.

Après dix ans d’une vie elle même en parenthèse qui consistait à un équivalent de métro, boulot, dodo, voire bébé, sidAfrique et dodo quand on pouvait, si on pouvait ; après dix ans de cette intensité quasi hors du temps où on ne regardait plus les nouvelles à la télé parce qu’on avait rationalisé qu’on prenait une dose quotidienne suffisante des malheurs d’autrui, qu’il valait mieux éviter d’en voir plus encore le soir chez soi derrière le petit écran. Aucune image de la première guerre du Golf, ni de la Yougoslavie en débandade, ni des meurtres incensés de cette décennie comme Dunblane en Ecosse… on n’a rien vu, volontairement, de tout ça.
Mais pour chaque histoire télévisée il y en aurait une, voire même plusieurs à raconter tout autant scabreuses et à retourner les tripes. Le soir (enfin les soirs sont surtout des nuits á l’époque) on ne regarde où ne lit que des comédies, comme nous l’a conseillé un sage des Indes lors d’un voyage kamikaze, où à bout de souffle, on ne savait plus où se tourner pour avoir des réponses et retrouver de l’énergie.
On n’avait pas encore appris à se couper, se détacher du malheur d’autrui, on le faisait sien au quotidien. On a toujours eu le syndrome `éponge de misère ‘ et on a eu beau apprendre à mettre des barrières nécessaires au fur et à mesure du temps, malgré la pratique, on est loin de la médaille olympique… pfft, même loin de la médaille sportive locale pour ce détachement professionnel nécessaire.
Y’en a encore du chemin à faire pour accepter que les choses sont tout simplement comme elle sont et qu’on a vraiment très peu de pouvoir à transformer le malheur en bonheur. Alors, quitte à vouloir aimer et aider tout le monde, vaux mieux savoir se retrancher que trop se charger parce qu’en se chargeant trop on devient soi-même une autre personne en manque d’amour, qui se cherche un fixe de bonheur instantané par autrui, et il y a toujours un moment où ça dérape, quand l’autre ne peut pas réciproquer. Et le Très-Haut, pendant ce temps, même si on le sent, on a beau faire des appels de phare, il reste inaccessible ; tout du moins invisible.

Bref, et ces moutons ?

Ben, on s’est connecté. Malgré nos interdits intérieurs (pas toujours rieurs d’abord !). Et patati et patata. Pour être plus exact, et Pati par-ci et Train par-là. Ah bon ! T’es pas fils de banquier. J’aurais pas cru. Ah bon, t’en as écrit plus de ton histoire de papé. Ah bon ! t’es dans ce coin là en Suisse. Si, je connais. Ben oui, un peu. Ah bon, t’habites dans ces coins là. Dis, tu pourras m’envoyer ton histoire, ça serait sympa s’il te plait. Vingt opérations, mazette, ça a pas du être du tout rose. Ah bon, tu connais Vue des Alpes, j’y ai vécu un moment magique. Magique ? Ben oui, magique. Non, pas ce que vous pouvez imaginer, mais quelques heures lumineuses, intérieurement et extérieurement, après avoir frôlé, oh p’t’être pas la mort, mais un danger certain quoique, sais-t-on jamais quand elle nous guette la camarde. Mais le Très-Haut on a bien faillir le rencontrer au creux d’un ravin, comme quoi Il réside pas forcément dans les nuages. Ah bon, tu connais les soins et tout le tintsoin qui s'y rattache. Vous avez le temps que je vous raconte?

Et la s’opère le miracle.

Le souvenir vif, très vif, de ces heures lumineuses dans un coin du Jura Suisse découvert par hasard un lendemain de Toussaint en 2006, après une épopée alpine, m’a habité tout le reste de cette veille de Noël.
Il faisait très gris sur Londres ce jour-là à l’intérieur comme à l’extérieur. Pourtant un soleil d’une brilliance inaccoutumée, par quelques mots, a repris toute sa place de mémoire que je n’aurais pas du oublier.
J’ai tout revu : la chaîne des Alpes, où il avait neigé la veille, à l’heure du couchant, passant des jaunes aux roses aux orangées. J’ai re-senti sous mes semelles les racines qui partout s’enchevêtrent dans le sentier qui longe le chemin de crête et d’où l’on peut voir d’un côté la France, de l’autre la Suisse. Il est vrai que le temps ce jour-là était de cristal. Je me suis rassise en pensée pour quelques minutes méditatives sur un tronc abattu à écouter le gel. Oui, il y avait des sons qui montaient de partout, très clairs et très distincts, de ceux que d’habitude je n’entend pas.
Il y a eu cette petite heure, seule mais ivre de vie, dans la chapelle en bois avec sa grande baie vitrée qui encadre cette vue de la chaîne des Alpes. Y ai-je chanté ? Oui, je crois bien que j’ai osé dans le silence, mais je n’en suis plus sure. Mais ce dont je me suis le plus souvenu en cette veille de Noël c’est le voyage intérieur que j’avais été forcé de faire en peu de jours, cette Toussaint-là, mais que j’avais si vite oublié.
Tant oublié qu’on avait laissé la grisaille se réinstaller à l’intérieur comme à l’extérieur et ça, ce n’est pas bon pour la santé. On l’écrira un jour ce voyage impromptu, fort, dangereux, solitaire, et sombre par endroits, mais culminant en quelques heures lumineuses et révélatrices qui avaient redonné un sens à une vie en déroute.

On m’a écouté. J’ai pu ressortir et partager un souvenir d’un moment en lui-même déterminant qui a mis un lustre différent sur mes paillettes de cette fin d’année 2008.

Merci Kalé !
.
Et vous, vous en avez un de miracle de Noël à raconter?
Revenir en haut Aller en bas
MESANGE

avatar


MessageSujet: Re: Cest ca aussi Kale, merci Cassy   Sam 3 Jan 2009 - 12:56

Sprite ... fin de la lecture de ton texte ... d'abord que silence et émotion... des larmes qui coulent et je ne sais même pas pourquoi ...

Ton coeur d'amour plein, si plein, trop plein qui déborde sur Kalé où on recueille respectueusement et sans bruit les mots qui s'écoulent des meurtrissures, des fissures de l'âme...

MERCI de ton partage si profond qui permet à d'autres coeurs de s'ouvrir à leur tour. flower

Un miracle de Noël ?

Oui, j'en ai un à raconter, celui d’une grand-maman, alitée depuis une semaine, au seuil de la mort. Petit corps frêle façonné par un âge avancé. Femme à la carapace dure et raide, probablement devenue ainsi à force de souffrances et d’injustices vécues, et qui en a fait souffrir beaucoup à son tour. Trois fils : l’un est en vacances. Il a annoncé son retour un jeudi. Elle semble l’attendre, son petit, son préféré. Mais finalement, il ne reviendra que le samedi suivant. Une déception de plus ou de moins, elle lâche prise dans la nuit de vendredi à samedi. Le deuxième fils, lui-même atteint dans sa santé, se voyant subitement à la place de sa mère, ne supporte pas de rester plus de 5 minutes auprès d’elle. Le troisième fils, qui lui rendait régulièrement visite, est absent et inatteignable ce soir-là! Etrange coïncidence : aucun de ses trois fils n’est présent au moment du passage. Seuls quatre petits-enfants entourent leur grand-maman s'en allant en toute quiétude vers d'autres cieux. Mais le miracle alors?

Le miracle s'est révélé le jour de l'enterrement à travers la bouche de sa petite-fille. Elle nous a lu, en larmes, son bouleversant témoignage. Enfant adoptée, élevée par une famille très spéciale, elle avait trouvé refuge auprès de sa grand-maman qui était devenue pour elle une amie, une confidente, une maman. Cette fille de nulle-part a su toucher le coeur de cette vieille femme rigide, à su lui parler et réveiller à nouveau en elle la fibre de l’amour. Le coeur endurci d’une veille femme a pu s'ouvrir à la détresse d'une petite fille paumée, lui offrir l’attention, l’écoute, la tendresse dont elle avait tant besoin et qu’elle n’avait probablement jamais pu donner à ses propres fils. Toute l’assemblée pleurait.

Je l'ai ressenti comme un beau cadeau de fin de vie pour elle. J’avais personnellement beaucoup souffert de sa dureté et avais, depuis longtemps, coupé les ponts. A travers la simplicité et la présence authentique de mes propres enfants auprès de leur grand-mère mourante ainsi que la découverte de sa facette de tendresse, j’ai pu me réconcilier intérieurement avec ma belle-mère. C’est en cela que réside le miracle de Noël que j’avais envie de partager en ce lieu.
Revenir en haut Aller en bas
pati

avatar


MessageSujet: Re: Cest ca aussi Kale, merci Cassy   Sam 3 Jan 2009 - 13:18

purée vous faites suer les filles... je dois aller en courses, je me dis tiens, je vais me boire un ptit café avant, histoire d'avoir chaud... pis tiens, vais aller jeter un oeil rapide sur Kaléido, en buvant mon café...
et je tombe sur ça.
le texte de sprite, qui m'a fait rire et m'a émue, qui me fait me dire que franchement, yen a qu'on pas intérêt à jeter la plume sinon, j'vais me facher tout rouge Wink

et juste au dessous, ton comm' et ton rajout miraculeux, Mésange... et vous faites suer, pasque maintenant, avant de partir en courses, puisque mon café est bu, ben j'vais repasser par la case salle de bains, histoire de ravaler un peu la facade...
ben oui, j'm'étais maquillée, moi, ce matin ! oui je sais pas pourquoi, moi qui le fais jamais...
et avec vos textes lus, ben yen a partout, du maquillage, mais plus vraiment là où devrait yen avoir Wink

_________________
ne jamais dire jamais
Revenir en haut Aller en bas
sprite

avatar


MessageSujet: Re: Cest ca aussi Kale, merci Cassy   Sam 3 Jan 2009 - 13:35

Merci Mesange de ce beau temoignage, j'en suis touchee.... tandis que d'autres doivent se retoucher la facade yeuxdoux , mais c'etait pas le but, hein, de faire couler les larmes. Ou alors, peut-etre que je fais trop dans le melo quand j'ecris, mais ce n'est qu'un passage...
Quand a mon coeur... ben, non, pas vraiment comme tu dis. Coleres, amertumes, frustrations, jalousie, envie... a balayer au quotidien et moi qui ai une horreur sainte du menage! Alors, j't'dis pas.
Revenir en haut Aller en bas
MESANGE

avatar


MessageSujet: Re: Cest ca aussi Kale, merci Cassy   Sam 3 Jan 2009 - 15:37

Le temps de partir en courses à mon tour et je reviendrai ... (non, je ne me suis pas maquillée, on ne sait jamais Contents )
Revenir en haut Aller en bas
Tornade
Modératrice
avatar


MessageSujet: Re: Cest ca aussi Kale, merci Cassy   Sam 3 Jan 2009 - 23:35

Sprite, tu décris merveilleusement la magie de Kaleidoplumes. Car il s'agit bien de magie, j'en suis sure, de celle qui grave les coeurs et devient réelle au fin fond de nos coeurs debil
Revenir en haut Aller en bas
Sherkane

avatar


MessageSujet: Re: Cest ca aussi Kale, merci Cassy   Sam 3 Jan 2009 - 23:43

Sprite et Mésange,

Merci à toutes les deux de nous avoir fait partager votre "miracle de Noël"

Beaucoup d'émotion dans vos textes

bisous
Revenir en haut Aller en bas
MESANGE

avatar


MessageSujet: Re: Cest ca aussi Kale, merci Cassy   Dim 4 Jan 2009 - 0:12

C'est le temps des cadeaux pour nouvel an:
- Sprite, un balai de sorcière pour toi, un qui fait le ménage tout seul quand on le lui dit, mais attention, prudence... tu connais l'histoire de l'apprenti sorcier?!
- Pati, un grand mouchoir tout coloré et un petit conseil: maquillage après K si possible!

flower flower flower
Revenir en haut Aller en bas
madeleinedeproust

avatar


MessageSujet: Re: Cest ca aussi Kale, merci Cassy   Dim 4 Jan 2009 - 16:33

Bon sang de bonsoir, que voilà des textes qui secouent et qui remuent...
Heureusement que je ne me maquille jamais, heureusement que mes cours m'appellent vigoureusement, heureusement que j'arrive encore un peu à verrouiller certaines émotions quand elles débarquent ainsi sans prévenir parce que sinon m'aurait fallu un bon paquet de kleenex...
Parce qu'il faut bien l'avouer la magie de Noël je peux pas dire que ça existe vraiment chez moi...
Revenir en haut Aller en bas
sprite

avatar


MessageSujet: Re: Cest ca aussi Kale, merci Cassy   Dim 4 Jan 2009 - 18:47

Merci Sherkane (je te concocte un petit texte dediee a toi, des que je peux... car je vais le dire tout haut ici... c'est par toi qu'a ete amorcee mon retour a la francophonie lors l'un de tes textes pendant le marathon).
Mesange, merci pour le balai. Il vient de se materialiser il y a une demi-heure a peine! LOL Je te raconterais.
et Madeleine, mais voyons MadeleineProust, tu devrais connaitre mieux que quiconque l'effet Madeleine, non? que tous ceux qui n'ont jamais lu Proust (dont moi) mais tous les literaires etrangers citent (sans l'avoir jamais lu non plus). Merci de ton commentaire.
Revenir en haut Aller en bas
BRIGOU

avatar


MessageSujet: Re: Cest ca aussi Kale, merci Cassy   Dim 4 Jan 2009 - 21:59

Le soir j'aime venir un moment sur Kaleidoplumes, je traine, je cherche les nouveaux sujets, les commentaires, les dernières photos..... et j'arrive chez toi Sprite !
J'aime ce que tu nous racontes, ces rencontres "magiques", ces échanges si chaleureux flower

Et Mésange qui nous parle aussi d'un miracle de Noël santa

Vous avez forts toutes les deux Contents

Merciiiiiii
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: Cest ca aussi Kale, merci Cassy   Lun 5 Jan 2009 - 0:11

Sprite, je suis très heureuse de te compter parmi les kaléïdoplumiens.

Certain pourrait dire que tu en fait trop, mais..... Qu'est-ce que tu le fais bien Contents

Tu es à ta place ici, juste à la place qui te revient. Tu ouvres la vanne et tu écris!
Vois comme on te lit pipe
Revenir en haut Aller en bas
Nan'

avatar


MessageSujet: Re: Cest ca aussi Kale, merci Cassy   Lun 5 Jan 2009 - 2:25

Désolée pour la vulgarité de ce qui va suivre, mais...

putain... je pleure...
Revenir en haut Aller en bas
trainmusical

avatar


MessageSujet: Re: Cest ca aussi Kale, merci Cassy   Ven 9 Jan 2009 - 12:37

Ton texte si bien écrit, les mots sont si émouvants, bref je ne vais pas répéter tout ce qui a déjà été mentionné.

Mais je veux relever pour moi un miracle grâce à ton texte.

On dit si souvent que la Suisse est belle. On parle de Genève à Lucerne, on parle du Tessin à Zurich (le paradis des fils de banquier), on parle des Alpes comme de St Moritz à Zermatt avec le Cervin, et toi tu viens avec cet endroit si merveilleux que personne ne connaît, même pas tous les Suisse : la Vue des Alpes. Et tu as pu mesuré comme tu t’es ressourcée dans ce paysage. Il y en a d’autres des endroits peu connus en Suisse, comme dans le monde entier, même des endroits en bordure de lac.
Donc Merci sprite de soulever ce miracle et cette découverte, d’avoir si bien aimer ce coin de pays, comme on dit chez nous.
Revenir en haut Aller en bas
sprite

avatar


MessageSujet: Re: Cest ca aussi Kale, merci Cassy   Ven 9 Jan 2009 - 15:57

Merci de poster cette photo Trainmusical. C'est bien l'endroit avec la difference pret que la chaine etait encore plus claire et visible et illuminee du couchant. Ce qu'on ne peut pas voir non plus sur la photo, c'est que de l'autre cote, il y a cette vue plongeante sur les terres plus basses jusqu'au Massif Central, et que le temps, si degage ce jour-la, laissait le regard se porter tres loin, presqu'aussi loin qu'ou je suis nee.
Bien sur, 'ce coin de pays' m'a resource, mais surtout ce sentiment d'etre en vie apres le danger de la veille dans un col a 2000m, qui soudainement apparaissait derisoire, puisqu'il se cache au milieu de cette chaine qui, de Vue des Alpes, a une allure de maquette. Mais j'ecrirais cette epopee des que je pourrais, car le voyage interieur fut tout aussi important.
Merci encore de me le rappeler par le biais de cette photo.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cest ca aussi Kale, merci Cassy   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cest ca aussi Kale, merci Cassy
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Merci Séverine
» Si toi aussi tu viens de ce merveilleux pays qu'est la Moselle
» Félicie Aussi!
» Merci de faire attention à vos propos !
» Pour pouvoir répondre aux messages, merci de devenir PullipLandais.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kaléïdoplumes 1: 2008/2009 :: -- KALEID'EXTRAS -- :: --ANNIF--2008 :: L'histoire à l'envers, le kaléïd'photos et le kaléïd'intime-
Sauter vers: