Kaléïdoplumes 1: 2008/2009


 
PortailAccueilFAQMembresRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Frissons

Aller en bas 
AuteurMessage
Papetyn

avatar


MessageSujet: Frissons   Dim 11 Jan 2009 - 13:30

Le volet se hisse et découvre un matin voilé.
La nuit indécise hésite à quitter mes soixante-quatre mètres carrés
Et déplie un nuage tout en délicatesse.
Il s’accroche aux bouleaux pleureurs qui sanglotent sans que l’on sache bien pourquoi…
Je dois empiler les bûches coupées de la veille.
Il ne faudra pas que j’oublie mes gants de cuir,
Mes mains blanches sont déjà si froides.

La brume occupe encore tout un recoin de ma tête
Mais le reste fonctionne presque bien.
Je crois.
La boîte à lettres a claqué, Jean-Claude a déposé le courrier.
Le Boulevard s’éveille doucement.
Quelques oiseaux échangent vaguement quelques propos au sujet du temps,
Ou de l’amour.
Je ne sais pas…
J’ai enfilé mes sabots de bois, il faut que je passe la porte.
Je ne sais pas si la brume extérieure se mêle à la brume intérieure.
Mes pensées et mes gestes vont filtrer tout cela,
Ils compenseront les degrés qui manquent à cette matinée.
Je ne sais pas encore si je dois terminer mon projet d’hier ou commencer celui de demain.
L’habitude est là pour me le dire…

Pour l’instant, j’empile les bûches.
Mes bras fatiguent vite, mes muscles sont encore engourdis.
Je pense aux prochaines flammèches qui lècheront le bois.
Des voix s’approchent.
Une Mamie toute voutée échange quelques propos
Avec le bout d’une laisse cachée derrière le dos.
Voix douce dans ma tête.
L’heure n’est pas aux projets passés, les bûches s’empilent…
Mystère des mi-stères qui s’entassent…

Et la brume qui se plait à bruiner sur mon dos.
Un instant, je rêve d’une pluie du Sud.
Non ! Je ne suis pas fait pour elle !

Les bouleaux pleurent toujours.
Il pleut sur la pelouse, la rosée n’a pas de raison d’être.
Les toiles des araignées proposent à leurs prochaines proies des atours de princesses.
Je ne vois pas les extrémités du Boulevard, ni en haut, ni en bas.
Les frontières des choses et des gens se fondent et se confondent.
J’écoute les moments qui passent à pas ouatés.
J’attends un bonjour.
J’espère un sourire.
J'attends ton retour.
Revenir en haut Aller en bas
madeleinedeproust

avatar


MessageSujet: Re: Frissons   Dim 11 Jan 2009 - 14:10

Et moi j'aime beaucoup ton texte. bravo
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Frissons   Dim 11 Jan 2009 - 14:26

Il m'évoque la chanson de Barbara "Pierre".
"J'écoute les moments qui passent à pas ouatés"... et comme on tend l'oreille dans cet "entre-deux-mondes" galactique de l'attente...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Frissons   Lun 12 Jan 2009 - 1:39

Que cette attente brumeuse qui exacerbe si fort tes sens et ta conscience soit un jour récompensée. Tu as raison, que la pluie soit du nord ou du sud ne change rien. Au moins, il restent tes mots, puissants et évocateurs. Merci Papetyn l'Artésien. bye
Revenir en haut Aller en bas
MESANGE

avatar


MessageSujet: Re: Frissons   Lun 12 Jan 2009 - 20:45

Et moi aussi, j'aime énormément ton texte et tes évocations que je ne citerai pas, tellement il y en a de belles et profondes.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Frissons   

Revenir en haut Aller en bas
 
Frissons
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kaléïdoplumes 1: 2008/2009 :: -- ATELIERS 2009 -- :: -- ESPACE ECRITURE 2009 -- :: ECRITURE LIBRE :: Poésies-
Sauter vers: