Kaléïdoplumes 1: 2008/2009


 
PortailAccueilFAQMembresRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 la politique de la chaise vide

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cherry Muffin

avatar


MessageSujet: la politique de la chaise vide   Mer 15 Avr 2009 - 22:34

Je suis une chaise vide. Et laide, de surcroît. Mes montants en bois modestes et mon assise en formica bleu-gris constituent un de ces hideux compromis entre tradition et modernité dont seule l’utilité excuse la laideur et l’inconfort. Mais pour celui que j’accueillais, ma raideur se muait en appui. Dame, quand on a survécu à un cancer et à un nombre légendaire d’attaques cardiaques, les fauteuils profonds deviennent des pièges dont on apprend à se méfier. Foin de ces coussins mous qui vous retiennent comme un marécage et exigent, pour leur échapper, une mouvement saccadé que le corps peine à fournir… D’ailleurs requis par de multiples activités qui l’aidaient à traiter ses maux par le mépris, mon occupant affectionnait les perchoirs – le coffre à bois, le bord du lit conjugal, dur à souhait -, d’où il pouvait s’envoler facilement. Je faisais partie de ces refuges temporaires, moi, la chaise de cuisine que rien ne distinguait alors de ses cinq sœurs réunies autour de la table, rien, si ce n’est ma place. A la mode paysanne, mon occupant présidait avec bonhomie une tablée qui, aux jours fastes, réunissait épouse, filles, gendres, et trois petit-enfants babillards. Il les aimait bien, je crois… Du moins pour eux, ses cheveux blancs, sa peau parcheminée étaient dans l’ordre des choses et ne suscitait pas l’inquiétude qu’il pouvait lire dans le regard de la génération suivante…

Je ne devins pas soudainement une chaise vide. Il y eut des alertes, et de longs sursis. Mon occupant disparaissait brusquement, mais il revenait toujours, semblable, en apparence, à ce qu’il avait été. Il reprenait sa vie, à peine plus lentement, semblant donner tout leur temps aux années qui lui restaient, si bien que les occupants des autres chaises finirent peu-être par croire qu’il en serait toujours ainsi…

Et puis il y eu ce matin d’automne, si semblable aux autres. Quelques jours auparavant, il était parti vers l’hôpital, sans appréhension apparente, comme vers un monde familier. Lui, l’ancien ouvrier, n’envisageait ce séjour que comme un nécessaire réglage de sa machine fatiguée… C’est du moins ce que suggérait son attitude. Sentait-il ce qui allait se passer ? Chez ses proches, l’inquiétude était là, bien sûr, mais personne ne voulait envisager une issue fatale. Quand on a été abreuvé de miracles, comment imaginer que la source va tarir ? Le téléphone a sonné dans le salon. Il a suffi d’une phrase « Papy est mort », pour que s’achève le temps des miracles.

Dès le lendemain, je perdis mon anonymat de chaise ordinaire. Je devins une chaise vide. LA chaise vide. Lui vivant, on m’oubliait ; à sa mort, on ne vit plus que moi, comme un rappel lancinant de la perte qui était survenue, et les vivants me contournaient ; j’étais devenu l’écueil sur lequel ils craignaient rouvrir la blessure encore fraîche. On peut penser qu’avec le temps, mon statut changea, mais des années plus tard, je n’avais pas retrouvé d’autre occupant que les visiteurs de passage. Mais ces visiteurs avaient connu le défunt, et lorsqu’ils investissaient la cuisine qui, dans cet appartement modeste, avait conservé son rôle campagnard de pièce de réception, même eux ne me choisissaient qu’en dernier ressort.

Oh, on essaya bien de me réduire à un statut de chaise ordinaire, ne serait-ce qu’en bouleversant l’organisation du salon où ma consoeur, une chaise de salle à manger, relayait une partie de mon pouvoir et générait la même réaction d’évitement. On alla même jusqu’à changer tout l’ameublement de la cuisine. Las… Une autre chaise prit ma place mais la malédiction ne céda pas d’un pouce : personne n’accepta de s’y asseoir…

C’était il y a bien des années de cela, et aujourd’hui, dans le cercle familiale, d’autres places vides se sont creusées. L’appartement n’est plus, les chaises se sont dispersées, et je ne suis plus qu’un souvenir dans la mémoire d’une ancienne enfant, une petite fille de 10 ans pour qui ce matin d’automne sonna le glas de l’enfance.
Revenir en haut Aller en bas
madeleinedeproust

avatar


MessageSujet: Re: la politique de la chaise vide   Mer 15 Avr 2009 - 22:47

Un très beau texte Cherry.
Revenir en haut Aller en bas
sprite

avatar


MessageSujet: Re: la politique de la chaise vide   Mer 15 Avr 2009 - 23:50

facon originale de traiter la consigne!
je reconnais tres bien cette 'place' de certains occupants dans la tradition paysanne; ton texte m'a rappelle pleins de souvenirs
merci Cherry Muffin
Revenir en haut Aller en bas
joye

avatar


MessageSujet: Re: la politique de la chaise vide   Mer 15 Avr 2009 - 23:56

Ah yes, tant de maisons avec une "Dad's chair" qui reste vide...c'est toujours un choc.

Joliment écrit, Cherry Muffin, bravo !

bravo
Revenir en haut Aller en bas
trainmusical

avatar


MessageSujet: Re: la politique de la chaise vide   Jeu 16 Avr 2009 - 7:18

Cette chaise qui devient plus importante vide avec la disparition du père, même si personne ne s'assied dessus.

J'aime beaucoup cette consigne très bien traitée brav
Revenir en haut Aller en bas
Cherry Muffin

avatar


MessageSujet: Re: la politique de la chaise vide   Jeu 16 Avr 2009 - 8:02

Contents Contents Contents Contents Un sourire pour chacun ! Et puis tiens, un pour moi aussi ! Contents Merci pour vos com !
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: la politique de la chaise vide   Jeu 16 Avr 2009 - 22:58

Tu écris vraiment bien cherry.
J'aime ta façon de construire ton texte, de l'aérer.
J'aime ta façon de raconter l'absence, à travers cette chaise vide.

Tu as exploité la consigne de façon magistrale.
Où l'art et la manière de raconter une vie en faisant d'un objet sans vie le personnage principal.
Châpeau bas sunny

_________________
Admi......ratrice de vos mots !!!!!.
Revenir en haut Aller en bas
Cherry Muffin

avatar


MessageSujet: Re: la politique de la chaise vide   Jeu 16 Avr 2009 - 23:26

Embarassed ... Merci, Admin !
Revenir en haut Aller en bas
Tornade
Modératrice
avatar


MessageSujet: Re: la politique de la chaise vide   Sam 18 Avr 2009 - 12:56

Ton texte est poignant CherryMuffin, il est tellement vrai ...
Combien de chaises restent vides si longtemps, comme teintées de l'ombre de leurs occupants habituels qui les ont désertées bien malgré eux ...

Sinon, je suis on ne peut plus d'accord avec ce qu'a écrit notre vénérée Admin !
Je vois que tes participations se font de moins en moins timides : Super !
Encore Bravo CherryMuffin ! cheers
Revenir en haut Aller en bas
Sherkane

avatar


MessageSujet: Re: la politique de la chaise vide   Sam 18 Avr 2009 - 23:29

Un très beau texte Cherry Muffin ...
Si vrai, si bien analysé.

J'aime tout particulièrement ceci :

Cherry Muffin a écrit:

Je devins une chaise vide. LA chaise vide. Lui vivant, on m’oubliait ; à sa mort, on ne vit plus que moi, comme un rappel lancinant de la perte qui était survenue, et les vivants me contournaient ; j’étais devenu l’écueil sur lequel ils craignaient rouvrir la blessure encore fraîche.


C’était il y a bien des années de cela, et aujourd’hui, dans le cercle familiale, d’autres places vides se sont creusées. L’appartement n’est plus, les chaises se sont dispersées, et je ne suis plus qu’un souvenir dans la mémoire d’une ancienne enfant, une petite fille de 10 ans pour qui ce matin d’automne sonna le glas de l’enfance.
Revenir en haut Aller en bas
pati

avatar


MessageSujet: Re: la politique de la chaise vide   Dim 19 Avr 2009 - 17:27

ou comment les objets investissent l'âme de leur défunt propriétaire... c'est très bien rendu, ni trop triste et tendu, ni trop mélancolique... un équilibre parfait dans ta narration, cherry.
c'est un tout bon texte, très réussi, à la fois visuel et lyrique.
continue comme ça, ta plume gagne en intensité et en justesse. bravo bravo

_________________
ne jamais dire jamais
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: la politique de la chaise vide   

Revenir en haut Aller en bas
 
la politique de la chaise vide
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» D'où l'expression : Politique de la chaise vide
» Chaise vide
» La Chaise vide
» [INFO] Batterie qui se vide très rapidement
» [ Problème ] mon crédit se vide tout seul

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kaléïdoplumes 1: 2008/2009 :: -- ATELIERS 2009 -- :: -- ESPACE ECRITURE 2009 -- :: ECRITURE SUR CONSIGNE :: Consigne 68-
Sauter vers: