Kaléïdoplumes 1: 2008/2009


 
PortailAccueilFAQMembresRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Lili et la philosophie des arcades

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Plumentête

avatar


MessageSujet: Lili et la philosophie des arcades   Jeu 7 Mai 2009 - 20:46

De retour d'un séjour à l'étranger, je suis franchement en retard dans les consignes mais celle ci je ne pouvais pas la rater...

Assise sous les arcades de la rue St Pierre, les reins calés contre le mur décrépi, les jambes pendantes et les yeux écarquillés comme à son habitude, Lili attendait.
Les poches pleines de Dragibus, Carambar au caramel, sucettes et bubbles-gums, une bouteille de Coca et trois canettes de Fanta et jus de fruits dans le sac à dos, elle se demandait si le vent allait encore souffler et la décoiffer une fois de plus.
Elle venait de passer plus d’une demi heure dans la salle de bains, armée d’un lisseur et d’une boite de gel pour dompter ses foutues mèches frisottantes et si un coup de vent devait mettre à terre son œuvre, elle sentait que la colère allait la gagner et lui faire passer une après midi de m…. !

Ce matin encore, elle avait entendu sa mère dire dans une de ses habituelles envolées lyriques : « le bonheur on s’habitue, le malheur on s’habitue pas c’est ça la différence » et à cet instant précis et bien elle, c’est à ces foutues mèches rebelles et son air perpétuellement décoiffé qu’elle ne s’habituait pas ! En bien y réfléchissant c’était la même chose : parce que le bonheur d’être bien coiffée, d’avoir les plus beaux vêtements de tout le collège, de retrouver son chat adoré et même de vivre dans un pays où on ne risque pas de mourir de faim et de ne pas être bien soigné, (si quand même elle suit les actualités de temps en temps Lili ! En plus elle écoute son prof d’histoire géo, même que c’est sa matière préférée et qu’elle est bonne élève ; alors elle a beau n’avoir que 12 ans ½ , elle sait tout ça et donc le bonheur elle s’y habitue très bien, par contre le malheur d’être décoiffée en moins de temps qu’il n’en faut pour aller au collège et bien elle ne s’habitue toujours pas ! Alors peut être que sa mère avait raison ce matin….

Bon mais qu’est ce qu’elles font Alix et Pauline ? Parce que là, si elles n’arrivent pas très vite non seulement elle sera complètement décoiffée mais en plus elle sera énervée et elle pourrait même ne plus avoir envie de faire du shopping à force de réfléchir à des phrases aussi agaçantes ! Encore 5 minutes et elle va se mettre à réfléchir au sujet de dissertation de son frère, faut dire qu’il passe le bac philo en juin mais tout de même : « La rue est le cordon ombilical qui relie l’individu à la société »
Vous avouerez que c’est carrément décourageant comme sujet. Par exemple, là Lili elle est dans la rue St Pierre tranquillement installée sur ses marches préférées, elle réfléchit à des trucs un peu bizarres qui commencent à l’énerver au lieu de regarder les passants et de leur inventer des vies, des histoires, bon et bien tout ça est ce que ça la relie à la société ? Et puis d’abord c’est quoi la société, c’est vrai ça on utilise tout le temps des mots mais on n’est même pas sûr de leur sens, tiens encore un truc que dit souvent sa mère !

Bon, là faut agir tout de suite sinon cet après midi shopping entre copines sera le pire de toute son existence ! Vite faire sonner le portable de Pauline, Alix ne répond jamais :
_ Lili mais qu’est ce tu fous ?! Ça fait 20 minutes qu’on t’attend ! T’es où ? Nous, ben on est place des Résistants. »
_ Mais on avait dit ici Rue St Pierre, parce qu’il y a de l’ombre, vous pourriez m’écouter quand je vous parle, tout de même ! En plus j’arrêtais pas de penser à des trucs trop bizarres en vous attendant ! »
_ Bon allez viens nous rejoindre, en t’attendant, on a vu des lunettes de soleil trop canons et il parait qu’il y a de nouveaux shorts et bermudas chez Fashion V.I.P. »
Lili rangea son portable en soupirant :
_ Non mais je l’savais que cette après midi allait être grave ! Déjà je viens de me taper un ¼ de marche et j’vais devoir faire presque une ½ heure pour aller les rejoindre les filles, franchement elles ont pas honte, c’est elles qui s’plantent et c’est moi qui doit marcher, non mais vraiment j’ai pas de chance !
_ Et voilà ça y est ! Mes cheveux sont décoiffés, manquait plus que ça ! Et puis d’abord MOI j’aime pas marcher et les filles, elles le savent très bien !!!
_ Quoi encore ce portable, j’espère que c’est pas ma mère pour me dire demander si j’ai fini mes devoirs, sinon je crois que je la tue !
_ Oui, quoi ?»
_ Oh ça va calmos Lili, répondit Alix en rigolant, c’est pour te dire que Lucas mon frère vient te chercher en scooter, puisque t’aimes pas marcher »
_ Ah cool vous avez un peu pensé à moi, merci quand même »
_ Ah le beau Lucas, y en des filles qui lui courent après…et c’est moi qu’il vient chercher. Trop bon mouaiais ! Vite les trois règles à appliquer d’urgence :
Règle N°1 : se recoiffer !
Règle N°2 : ne pas le regarder dans les yeux pour ne pas rougir
Règle N°3 : ne pas lui parler, juste répondre par oui ou non pour éviter de me rendre ridicule devant lui !

Finalement c’est vrai que le bonheur on s’habitue !
Revenir en haut Aller en bas
madeleinedeproust

avatar


MessageSujet: Re: Lili et la philosophie des arcades   Lun 11 Mai 2009 - 12:13

Sympa ta Lili!
Revenir en haut Aller en bas
 
Lili et la philosophie des arcades
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une philosophie d'aimer
» SAL LILI POINTS LE CAFE
» Lili-Rose [pullip Papin]
» Cours de tango de bal avec Horacio y Lili
» lili la baleine verte

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kaléïdoplumes 1: 2008/2009 :: -- ATELIERS 2009 -- :: -- ESPACE ECRITURE 2009 -- :: ECRITURE SUR CONSIGNE :: Consigne 69-
Sauter vers: