Kaléïdoplumes 1: 2008/2009


 
PortailAccueilFAQMembresRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La porte

Aller en bas 
AuteurMessage
pati

avatar


MessageSujet: La porte   Jeu 20 Aoû 2009 - 14:59

Elle avait dit :
— Les familles heureuses se ressemblent toutes.
Et, ô surprise, Louis avait immédiatement rétorqué :
Les familles malheureuses le sont chacune à leur façon.

Nenette était restée clouée sur place. Ainsi, le nouveau L'avait lu ...et LE connaissait comme elle-même par coeur... Un signe du Destin ? Non, clairement non. Une coïncidence, voilà tout.
Pourtant, il l'avait regardée. À ses yeux, elle existait, et n'était pas une potiche invisible et insignifiante, comme aux yeux des autres. Cet homme avait belle allure, ça, c'était un fait avéré. Et son regard avait éveillé comme un frisson au creux de son ventre... Elle avait violemment rougi et avait refermé la porte du cabanon brutalement, mais pas avant d'avoir vu du coin de l'oeil la petite Léa, qui n'avait pas perdu une miette de l'échange.

Sans relâche, Léa s'était attaquée à la forteresse privée de Nenette. Peu à peu, ses barrières fondaient. Faut dire que Léa avait le don de l'attendrir, elle qui pourtant s'était bien jurée de ne plus se laisser prendre au piège des sentiments.
La gosse lui avait même dit la veille au soir :
— Toi, t'as tout compris, hein... t'as trouvé LA bonne planque. Je sais que tu n'es pas aussi ignare que tu voudrais qu'on croit. Je trouverai...

Pour ça, Nenette n'en doute pas. La gosse est têtue, et finaude. Pour sûr, elle trouvera... Et puis, Nenette n'a plus la force de combattre sur tous les fronts. Entre la môme et le Louis, elle est débordée de tous côtés !
Parce que Louis aussi est têtu, et la cour pressante et pas du tout discrète qu'il lui fait commence à porter ses fruits. Voilà que ce matin, Nenette a été chez le coiffeur ! Surpris, le diable ! Au moins 15 ans qu'elle n'y avait pas mis les pieds, donc encore moins ses cheveux qu'elle coupe elle-même à la va comme j'te pousse... Bah ! Fallait bien ça, pour le rendez-vous qu'elle avait accepté, le soir-même, avec Louis.
C'est Léa qui a été cueillie, à son retour ! C'est vrai que ça vous change, tout de même, une (vraie) coiffure toute neuve !

Le rendez-vous avait été... simplement beau.
Nenette était rentrée avec un sourire d'une incroyable douceur vissé au coin de sa bouche. Louis avait été parfait. D'une grande culture, il avait pu suivre sans aucun problème le fil des réflexions abouties de Nenette sur l'Art, la Littérature, la Musique... Elle s'était rendue compte que leurs connaissances se complétaient à merveille. Bon nombre de fois, l'un avait fini la phrase de l'autre... quel bonheur ! Deux cerveaux cheminant à la même allure ET dans la même direction !
Ils avaient décidé de se retrouver le surlendemain ; le cinéma en plein air de Moliets passait une rétrospective à ne pas manquer : "L'univers de Tolstoï devant la caméra"
Nenette en frémissait de plaisir à l'avance.
-----------

Ce matin-là, Nenette est heureuse. Elle a décidé d'enfin répondre au voeu de Léa, et lui confier la clef de La porte. Il est temps de tomber le masque. Quelle importance qu'Ils sachent, après tout...
Ce matin-là, Léa est heureuse. Elle va enfin savoir ce que cache La porte. Elle a hâte de confronter ses déductions à la réalité. Elle est surtout heureuse de la confiance que lui accorde Nenette.
Ce matin-là, Louis est heureux. Il est amoureux fou d'une femme merveilleuse, et cette femme adorable commence ENFIN à répondre à ses sentiments.
Ce matin-là, Mylene est contente... elle aura suffisamment de pilules pour tout le séjour, et c'est une bonne chose.
Ce matin-là, Marc et Aurore s'engueulent, comme d'habitude. Aucun intérêt...
Ce matin-là, Pierre est très heureux. Une longue journée de pêche l'attend. Il sait bien qu'il ne va prendre aucun poisson et s'en fout royalement. Il va surtout passer une journée de rêve, tout seul, loin de ce qu'il est convenu d'appeler ses proches, dont il se sent si souvent étranger...

Ce matin-là, l'été claironne une joie de vivre insolente, l'air embaume le sable et le pin maritime. Le facteur apporte le courrier en sifflotant. Léa, qui joue avec un trousseau de clefs, ne le voit pas, toute à sa joie d'enfin savoir. Elle va traverser et se retrouver juste devant les roues de la mobylette aux couleurs de la Poste !
Louis, qui vient de sortir sur le perron avec son bol de thé et une cigarette, a juste le temps de crier "Léa ! Attention, Léa !"
Mylène somnole sur son lit et ne voit ni n'entend rien, Aurore et Marc non plus, tout occupés à s'étriper au salon. Pierre dort près de l'eau...
C'est donc Nenette qui réagit au quart de tour. Elle court au-devant de Léa, son bras solide l'empoigne et la propulse loin du sentier ; la gamine a du sable plein le visage, mais n'aura que quelques égratignures. Nenette soupire de soulagement et sourit. Souriante et rassurée : c'est ainsi que la mobylette du facteur la fauche.

Nenette s'envole et retombe lourdement sur le sentier sableux du kaléïd'été. Elle voit Léa accourir à ses côtés, lui prendre la main, l'appeler doucement. Pauvre bout de chou... faudra qu'elle soit forte, la petite. Que la vie ne l'abime pas trop...
Louis s'est agenouillé, il compose fébrilement un numéro sur son portable. Nenette le regarde, le détaille. Beau, vraiment. Elle voit qu'il sait, qu'il a compris. Il pleure. Faut pas, non... Elle est tellement heureuse. Il presse doucement ses lèvres sur les siennes...
-----------

Léa ouvre La Porte. Ça sent le papier, et l'encre. Louis s'approche de la fenêtre et ouvre lentement les persiennes.
— Je le savais, Louis, murmure Léa.
— Oui...
Ils regardent l'incroyable étalage de papier qui leur fait face. Sous toutes ses formes. Des centaines de dessins au fusain sont punaisés aux murs, on y reconnait tous les habitants de la résidence, même si les portraits de Léa sont les plus nombreux.
— Regarde Louis, y en a même un de toi !
Léa montre une aquarelle récente, puisqu'on y voit le cinéma d'été, Louis qui fume en souriant et une femme, dessinée de trois-quart dos, qui tend la main à l'homme pour l'entrainer on ne sait où...
Un bureau recouvert de feuilles éparses. Sur le papier, des mots par centaines, par milliers. Louis cueille au hasard une poignée de mots. L'écriture est fine et élégante, légèrement penchée vers la droite.
— Léa ? J'ai l'impression qu'elle avait entamé un roman, tu sais...
— Faudra le lire alors, répond Léa les yeux vrillés au mur du fond.

Un vieux fauteuil de cuir élimé aux accoudoirs griffés et une lampe sur pieds à l'abat-jour fleuri et vaguement posé de travers composent le reste du mobilier.
Ils sont posés juste devant le mur du fond. Un mur couvert du sol au plafond de rayonnages en pin. Des livres par centaines les font plier sous leur poids. Au pied des rayonnages, des livres en piles tordues, à même le sol. Partout où l'oeil se pose, les livres envahissent l'espace.

Sur le bras du fauteuil repose un livre ouvert.
— Surement celui qu'elle a lu en dernier, non ? demande Léa.
— Je parie que c'est "Anna Karenine", Léa. De Tolstoï. Tu devrais le lire, c'est une belle histoire.
— Oui, c'est ça ! Comment t'as deviné ?
Louis la regarde en souriant et prend délicatement l'ouvrage entre ses mains.
— C'est si triste qu'elle soit morte justement maintenant !
— Léa, ce n'est pas grave de mourir. C'est pas si important, répond Louis d'une voix tranquille.
Au regard qu'elle lui lance, Louis sent bien que la petite est loin d'être convaincue...
— Je t'assure ma belle ! Et Nenette le savait, elle aussi, n'en doute pas. Non, ce qui importe, ce n'est pas de mourir. C'est ce qu'on est en train de faire, quand on meurt...
Léa regarde Louis intensément. Elle réfléchit à cette drôle de phrase. Et elle se met d'un coup à sourire.
— Oui ! Ah oui, c'est un joli moment, finalement... parce que Nenette, elle était en train d'aimer, au moment de mourir ! Elle t'aimait.
— Pas que moi, Léa, pas que... Allez viens. On va aller le lire sur la plage, ce bouquin. Ensemble...

_________________
ne jamais dire jamais


Dernière édition par pati le Jeu 20 Aoû 2009 - 15:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
joye

avatar


MessageSujet: Re: La porte   Jeu 20 Aoû 2009 - 15:12

Ah oui, j'ai reconnu depuis la première phrase, le seul Tolstoï que j'ai lu, et plus d'une fois.

Mais espérons qu'à la fin de ton histoire, personne ne se jette sous le train !

Quoi qu'il en soit

bravo bravo bravo
Revenir en haut Aller en bas
Amanda

avatar


MessageSujet: Re: La porte   Jeu 20 Aoû 2009 - 16:19

Très jolie finale !
Et finalement malgré la mort on ne se sent pas triste du tout ! brav
Revenir en haut Aller en bas
madeleinedeproust

avatar


MessageSujet: Re: La porte   Jeu 20 Aoû 2009 - 21:22

Plus je lis ta saga de l'été et plus elle me rappelle L'élégance du hérisson.
Une bien belle histoire Pati.
Revenir en haut Aller en bas
catsoniou

avatar


MessageSujet: Re: La porte   Ven 21 Aoû 2009 - 9:06

Emouvant sacrifice de Nénette, merveilleuse et adorable, enfin amoureuse pour sauver la vie de Léa... guitar
Revenir en haut Aller en bas
pati

avatar


MessageSujet: Re: La porte   Ven 21 Aoû 2009 - 12:58

merci à tous Smile

joye > eh oui, Anna... quel livre, quand même, hein Wink mais tu vois, chez moi, ya pas de train, mais une mobylette... les effets de la crise tu crois ? WinkWink

amanda > je suis d'accord avec toi, il n'y a aucune tristesse à avoir, dans cette affaire Smile merci Smile

mad' > c'est normal Smile je n'ai pas lu le livre, mais quelques jours avant d'entamer cette saga, j'ai été voir le film tiré de ce bouquin, "Le hérisson" avec Josiane Balasko, dans le rôle titre... et ce film m'a tellement plu que j'ai décidé de m'en inspirer pour la saga.
en espérant l'avoir fait avec autant de finesse et de délicatesse que j'en ai vu dans ce film magnifique, que je vous conseille chaudement Smile

catsionou > je ne suis pas sûre que Nenette ait jamais eu l'impression de sacrifier quoi que ce soit à qui que ce soit. il y a parfois des gestes d'une évidence telle qu'aucune réflexion ne vient les freiner... l'amour, sans doute Wink

_________________
ne jamais dire jamais
Revenir en haut Aller en bas
madeleinedeproust

avatar


MessageSujet: Re: La porte   Ven 21 Aoû 2009 - 13:05

Ok je comprends mieux maintenant!
Va lire le livre si tu en as l'occasion... Il vaut le coup!
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: La porte   Jeu 27 Aoû 2009 - 10:47

madeleinedeproust a écrit:
Ok je comprends mieux maintenant!
Va lire le livre si tu en as l'occasion... Il vaut le coup!

Pas mieux Contents

_________________
Admi......ratrice de vos mots !!!!!.
Revenir en haut Aller en bas
MESANGE

avatar


MessageSujet: Re: La porte   Mer 9 Sep 2009 - 18:00

Quelle magnifique histoire et si merveilleusement écrite, Pati. Quelles trouvailles. Je vais aller prendre l'air un moment et m'associer à Louis et Léa pour la lecture du livre. T'inquiète, ils ne me verront pas, mes pensées ne seront que douce brise......
Revenir en haut Aller en bas
trainmusical

avatar


MessageSujet: Re: La porte   Sam 3 Oct 2009 - 12:06

kel talent kel talent kel talent

Je ne trouve que dire de plus, pas besoin de te dire que tu sais écrire, je suis bien placé pour le savoir avec tes conseils que tu m'as donné.

Encore brav
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La porte   

Revenir en haut Aller en bas
 
La porte
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Où le regard ne porte pas, d'Abolin et Pont
» estimation pour un porte-clefs
» porte-filtre
» Finesse Café + Panier porte filtre [réglages KitchenAid]
» Ma collection de porte clé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kaléïdoplumes 1: 2008/2009 :: -- ATELIERS 2009 -- :: -- ESPACE ECRITURE 2009 -- :: ECRITURE SUR CONSIGNE :: La saga de l'été :: Consigne 85-
Sauter vers: