Kaléïdoplumes 1: 2008/2009


 
PortailAccueilFAQMembresRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Mademoiselle POUSSINET

Aller en bas 
AuteurMessage
Cédille

avatar


MessageSujet: Mademoiselle POUSSINET   Mer 7 Oct 2009 - 12:46

Deux amies qui se connaissent depuis l'enfance se revoient après des années de séparation. Elles se remémorent le temps d'hier, les bons et les mauvais souvenirs. L'une demande à l'autre :

- Et Mademoiselle POUSSINET ? Qu'en sais-tu ?

- Mademoiselle POUSSINET est morte depuis belle lurette !

- Ainsi donc Mademoiselle POUSSINET est morte ! Eh bien vois-tu, je n'ai toujours pas envie de dire « paix à son âme » ! Non, je n'ai aucun remords . Mademoiselle POUSSINET, que je qualifierais de bonne sœur ratée si j'avais la moindre indulgence à son égard, doit avoir beaucoup de fautes à avouer au Tout Puissant ! Je suis persuadée qu'elle aurait fait une parfaite drôlesse tant elle fleurait bon le refoulé, mais ça je ne le saurai jamais, il n'y a que Lucifer qui a la réponse !

Dieu qu'elle était laide, qu'elle était sèche la vilaine POUSSINET ! Aussi sèche que l'herbe brûlée par le désherbant ! Dieu qu'elle était fausse la méduse ! Moitié femme, moitié rien, en réalité elle n'avait pas de sexe. Poitrine inexistante, fesse plate, teint gris assorti à ses frusques sans goût, portant fermés jusqu'au menton ses éternels chemisiers blancs. Je me souviens d'une croix montée en broche qui maintenait le col fermé et interdisait ainsi l'entrée à quiconque ! Je revois encore son visage chafouin, ses petits yeux suspicieux lorsqu'ils se posaient sur moi. Remarquez bien, elle avait raison, je peux le dire à présent, je me suis toujours arrangée pour lui coller « des pointes sous les semelles » en catimini, et si j'avais pu lui faire bouffer son dentier (parce qu'elle en portait un c'est sûr !), je l'aurais fait ! Je ne regrette pas du tout les petits mauvais coups que j'ai pu lui faire ! Je crois même avoir décroché la médaille d'or : celle de l'empêcheuse de tourner en rond, la sale gosse de service ! Après tout Dieu le permettait car je lui demandais la permission un peu comme l'inégalable FERNANDEL ! Et quand Dieu le permet où sont les limites, je vous le demande ?

Je devais avoir entre huit et dix ans et tous les jeudis j'étais sous la garde de Mademoiselle POUSSINET au patronage de la Sainte Trinité. Là se côtoyaient, dans un melting-pot qui n'était pas si joyeux, les diablesses de l'école laïque (dont j'étais) et les anges de l'école privée catholique. En rouge «Ferdinand Trucmuche» en bleu marial les filles de « Sainte Machin " ! Je garde en mémoire les batailles rangées entre les rouges et les bleues où bizarrement l'école laïque l'emportait trois fois sur quatre ! Si vous n'avez jamais vu des bagarres de filles, il vous manque quelque chose !

La POUSSINET détenait une liste d'interdits impressionnante comme par exemple se promener par deux ou encore approcher un endroit qu'elle disait sacrilège. La configuration des lieux faisait que la cour du patronage arrivait pratiquement à hauteur du toit d'un lieu qu'elle nous présentait comme la « demeure de Satan » ! Bien sûr, l'interdit fascine, et les gamines que nous étions étaient attirées comme des mouches par ce lieu de « perdition ». Par chance il y avait de gros buissons de bambous qui nous cachaient bien, et c'est en croquant des pousses que nous jetions des regards avides chez Méphistophélès ! Ce que nous avions devant les yeux était étonnant : une salle très haute de plafond où nous plongions nos yeux étonnés, au mur une immense croix de bois noir et ce qui nous semblait être une estrade, et, comme à l'église, des bancs bien alignés. Nous n'y avons jamais vu personne mais l'endroit nous paraissait sinistre et nous n'osions poser les questions qui nous brûlaient les lèvres. J'ai su bien plus tard que cet endroit pas du tout catholique, du moins aux yeux de la POUSSINET, était un temple protestant. J'entends encore la voix acide de cette vipère nous tancer dès que nous approchions de l'antre diabolique : encore deux pas et vous allez vous trouver au bord du sacrilège ! La gifle n'était pas loin !

Mademoiselle POUSSINET était une adepte des punitions corporelles et rien ne lui faisait plus plaisir que les dix coups de règle sur les doigts. Les bonnes actions, la bonne conduite étaient récompensées par un bonbon à la violette. Chaque soir, à la fermeture du patronage, nous devions nous mettre sur deux rangs : les enfants sages sur une file, les graines de malheur sur une autre. La première file recevait le fameux bonbon, l'autre devait tirer la langue et recevait une couche de cirage noir ! C est la boîte entière que j'aimerais aujourd'hui faire avaler à la POUSSINET !

Mais le cirage noir n'était pas tout, POUSSINET ajoutait la terrible corvée qui vous empêchait de dormir et amenait à vous les pires cauchemars ! Je n'ai jamais su dire mes péchés (ou supposés tels) au curé installé toutes oreilles ouvertes dans le confessionnal, et je préparais une liste de fautes possibles, probables, ou très aléatoires, allant des coups de sonnettes sur le chemin de l'école, au gros mot jeté à la figure d'une bonne camarade. Agenouillée sur le bois dur, les genoux en compote, j'ai avoué avoir désobéi à mes parents, avoir insulté le jardinier, n'avoir pas dit bonjour à la boulangère, eu des pensées contraires aux (bonnes ?) mœurs, des envies inavouables (mais tellement délicieuses !). J'ai raconté tout, n'importe quoi et autres fadaises, et, pour avoir l'esprit tranquille, j'ai toujours terminé par « j'ai menti » ! C'était le cœur à l'aise que je m'éjectais (c'est le mot !) de cet endroit honni !

Avec un peu de chance c'était l'Abbé JACOBIN qui recevait nos inavouables méfaits et nous nous en tirions à bon compte avec deux « Notre Père » suivis du même poids de « Je vous salue Marie ». L'abbé évitait sans doute de les rendre jaloux l'un de l'autre ! Mais il fallait compter avec la POUSSINET qui nous attendait agenouillée sur son prie-Dieu :

- N'avez-vous rien omis Mademoiselle ? En êtes-vous certaine ? Oh que de mauvaises pensées je vois dans ces yeux-là ! Installez-vous près de moi, nous allons réciter ensemble dix Credo et les quatre prières eucharistiques. Pour jeudi prochain vous m'apprendrez par cœur ceci, notez ! Saint Luc 10, 38-42 : de « Alors qu’il était en route avec ses disciples » jusqu'à « Marie a choisi la meilleure part, elle ne lui sera pas enlevée ».

Je m'en allais la rage rentrée en vouant POUSSINET aux enfers ! Mon petit doigt me dit qu'elle y est désormais et il paraît que ça chauffe pour ses fesses plates !


Dernière édition par Cédille le Ven 9 Oct 2009 - 17:16, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
joye

avatar


MessageSujet: Re: Mademoiselle POUSSINET   Mer 7 Oct 2009 - 15:34

Ta description est tellement vive (et excellente) que je ne peux pas m'empêcher de croire que cette POUSSINET a vraiment existé. Ouille !

Bravo !!!

brav
Revenir en haut Aller en bas
Cédille

avatar


MessageSujet: Re: Mademoiselle POUSSINET   Mer 7 Oct 2009 - 15:41

Merci Joye, elle a existé... en pire... car depuis cette rédaction d'autres souvenirs ont émergé de leur profondeur !
Revenir en haut Aller en bas
MESANGE

avatar


MessageSujet: Re: Mademoiselle POUSSINET   Mer 7 Oct 2009 - 15:57

Alors continue, Cédille, c'est si délicieux à lire! Mais quand même, un peu tord-boyau aussi en pensant à ce que tu as dû endurer. J'en ai une rage non moins violente envers ces soi-disant "bonnes" personnes!!!!!!!!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: Mademoiselle POUSSINET   Mer 7 Oct 2009 - 16:12

Ca sent le vécu, c'est sûr! Combien de Mme Poussinet ont traumatisé des générations entières d'enfants?
Et comme la bienséance de l'époque empêchait toute rébellion des enfants, ainsi que de leurs parents.

J'espère que les jeunes de Kaléïdoplumes liront ce récit, et surtout, qu'ils nous donneront leur avis sur ces temps j'espère, révolus.
La religion ainsi vécue ne peut qu'abîmer les adultes en devenir.
En te lisant, j'ai pensé au curé qui me faisait le catéchisme. Je garde le souvenir intact de ses mots durs et de ses châtiments corporels.
Ca date de pas si longtemps que ça.
J'ai très vite tourné le dos à la religion, ce qui ne m'empêche pas d'aimer les lieux de culte.
Les mensonges dans le confessionnal, pour avouer des péchés non réels, quel souvenir! Et finir par "j'ai menti" j'ai très bien connu aussi.

Merci pour ce témoignage

_________________
Admi......ratrice de vos mots !!!!!.


Dernière édition par Admin le Mer 7 Oct 2009 - 19:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Amanda

avatar


MessageSujet: Re: Mademoiselle POUSSINET   Mer 7 Oct 2009 - 17:28

Moi pareil qu'Admin'...
Je n'ai jamais connu de Mademoiselle Poussinet mais certaines bonnes soeurs agissaient avec nous de la même manière.
Les affres du confessionnal, aussi. Mais qu'est ce que j'allais bien pouvoir raconter, surtout que c'était chaque semaine chez le même curé ...
Aujourd'hui je ne suis pas loin de les considérer tous comme des sadiques...
Ils m'ont en tous cas dégoûté de la religion.

Ton texte est excellent, du vécu vrai !
Revenir en haut Aller en bas
Osi

avatar


MessageSujet: Re: Mademoiselle POUSSINET   Mer 7 Oct 2009 - 19:11

Admin a écrit:
J'espère que les jeunes de Kaléïdoplumes liront ce récit, et surtout, qu'ils nous donneront leur avis sur ces temps j'espère, révolus.
_J'ai lus. Et c'est un texte qui m'avait parut être sorti de l'imaginaire, car pour moi, cela me parait impensable que de telles choses aient put exister. Du cirage noir sur la langue ? Mais comment pourrait-on avoir une idée pareille ?
_Le fait de faire apprendre par cœur un passage me semble sans intérêt. Surtout s’il s’agissait d’apprendre sans y réfléchir comme moi j’aurais appris une fable de La Fontaine à l’âge de huit ans.
_Je trouve cela idiot d’obliger un enfant à une religion, il y a plusieurs religions et plusieurs façons de penser et l’enfant ne peut pas choisir il est obligé de « rentrer dans une boîte ». Et après ?
_Celui qui croira en plusieurs dieux sera irrespectueux de la religion pour le monothéiste, et celui qui croira en un dieu sera irrespectueux de la religion pour le polythéiste. Et il y a encore d’autres différences. À l’époque de Jean Callas, les protestants ne pouvaient pas exercer certaines professions parce qu’il fallait être catholique. Les protestants étaient des voleurs et des menteurs et ont pouvait les accuser de parricide sans aucune autre raison valable que d’être protestant et d’être bien trop faible pour commettre ce crime.

_Je n’ai aucune religion, je ne crois pas qu’un dieu existe. Aujourd’hui, personne ne me l’a déjà reproché, parce que les religions et les idées se mélangent. Dans mon lycée je croise des lycéens tous différents des uns et des autres. Un lycéen qui a envie de s’exprimer s’exprime. Si ses idées sont différentes, on partage les notre et on s’explique – même si cela peut aller parfois à des débats assez bruyants.
_Lorsqu’un élève commet une faute, il ne recevra que les désapprobations du professeur et jamais de coup de règle – ce serait dans ce cas au professeur que l’on ferait des reproches.
_S’il arrive un jour qu’un élève soit puni, il pourra avoir des heures de colles là où il aurait put avoir je ne sais quoi.

_Les temps ont changés et les idées avec. Mais qu’elle était donc cette dictature ?
Revenir en haut Aller en bas
Cédille

avatar


MessageSujet: Re: Mademoiselle POUSSINET   Mer 7 Oct 2009 - 20:04

Tout ce que je raconte dans ce texte est réel Osi. Je conçois que ça peut étonner, voire choquer, mais c'était ainsi et même souvent pire. Je me souviens en particulier d'une punition donnée parce que je n'avais pas appris mon catéchisme correctement. J'avais dû parcourir la cour à genoux, un aller-retour sur les gravillons !
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: Mademoiselle POUSSINET   Mer 7 Oct 2009 - 20:13

Les temps changent Osi.
Il faut savoir (en tout cas en ce qui concerne ma génération) que, dans les années 70, dans une même classe, la majorité allait au catéchisme, alors que la plupart des parents ne pratiquait pas. J'en soupçonne beaucoup d'envoyer leurs enfants par convenance. On montrait plus du doigt l'enfant qui n'y allait pas.
Le plupart du temps, on suivait le troupeau et on se retrouvait tous au catéchisme, à la sortie de l'école (et pourtant j'étais dans une école laïque)

Ce n'était pas une "dictature" comme tu le dis, mais une façon d'éduquer les enfants. Les parents pensaient sans doute donner le meilleur à leurs enfants en leur offrant l'accès à la connaissance. Il faut savoir qu'eux, enfants de la guerre, avait connu bien des privations et c'était pour eux une façon de se mettre au niveau des autres dans la société.
Evidement, ça paraît improbable aujourd'hui, parce que le dialogue est possible avec son enfant. Mais à l'époque, on ne discutait pas, on faisait, on rentrait dans le rang.
Il y avait ceux qui apportaient la connaissance, les profs et le curé, qui en faisait partie. Tout enfant bien élevé allait ainsi jusqu'à la communion solennelle, vers 12 ans. Ensuite, et bien il choisissait de continuer ou pas.
Tu te doutes que beaucoup d'entre nous ont choisi le camp des non pratiquants, vu la façon dont on avait été "éduqué".

J'en viens à tout autre chose. Notre génération a eu la chance de connaître "mieux". Nos parents ont souvent manqué de tout. Nous avons évolué grâce à eux (je serai tenté de dire pour eux) Nous avons donc gardé ce sentiment de valeur ajouté un patrimoine familial riche de par son histoire. C'est un cadeau qui n'a pas de prix.

Aujourd'hui, on dit merde aux profs, on ne lâche plus son téléphone portable, et on fait la guerre aux parents pour une place de ciné, ou un concert. Finalement, le dialogue ne passe toujours pas.
Ceci n'est pas une généralité, bien heureusement!
Cela pourrait faire un débat très intéressant

Contents

_________________
Admi......ratrice de vos mots !!!!!.
Revenir en haut Aller en bas
Joe Krapov

avatar


MessageSujet: Re: Mademoiselle POUSSINET   Mer 7 Oct 2009 - 21:23

Je me sens presque obligé de penser, à la lecture de ce fabuleux récit que, effectivement "Tout le monde n'a pas eu la chance d'avoir des parents communistes" !
Et pourtant, il y aurait à dire aussi, sans doute !

Bravo pour cette tranche de vie superbement racontée.

Revenir en haut Aller en bas
Cédille

avatar


MessageSujet: Re: Mademoiselle POUSSINET   Mer 7 Oct 2009 - 21:32

A notre Admin : en ce qui me concerne j'ai reçu ton message cinq sur cinq. Il y a peu je faisais encore partie de cette grande famille de l'Education Nationale et j'ai pu mesurer le changement de comportement de la communauté éducative (dont faisait partie Monsieur Le Curé et son catéchisme !), tant celui des parents, que des professeurs et/ou des élèves (pas toujours pour le meilleur).

Lorsque j'avais l'âge d'Osi, l'enfant n'était pas une personne. Il écoutait, il exécutait et il obéissait. On ne lui permettait guère plus.
Revenir en haut Aller en bas
Cédille

avatar


MessageSujet: Re: Mademoiselle POUSSINET   Mer 7 Oct 2009 - 21:36

Merci Joe, ton avis m'a bien fait rire ! Mais je dois te dire que mes parents n'étaient pas communistes !

A tous : je suis surprise d'avoir déclenché vos longues réactions mais je ne vais pas m'en plaindre !
Revenir en haut Aller en bas
Flamm Du

avatar


MessageSujet: Re: Mademoiselle POUSSINET   Mer 7 Oct 2009 - 22:40

Ce récit m'a aussi replongé dans certains souvenirs. Heureusement ces temps-là sont révolus.

En tout cas Cédille, ton récit est une magnifique tranche de vie.

Revenir en haut Aller en bas
trainmusical

avatar


MessageSujet: Re: Mademoiselle POUSSINET   Jeu 8 Oct 2009 - 0:49

ça c'est savoir vider son sac brav kel talent

Trop souvent, des gens insupportables, des sadiques avec les enfants, des pédophiles, que tout le monde haïssait sont tout d'un coup mis en avant dans le presse régionale dans la rubrique nécrologique du style :
"Nous avons la très grande tristesse faire part du décès de monsieur X. Homme de bonté, aimant son jardin, et nia nia nia, ... très actif et généreux dans le conseil de paroisse, il laissera un vide certain dans le village..." bon j'arrête, car ça me met en boule et de savoir tout ce que tu as enduré Cédille... UN SCANDALE qui ne mérite pas la paix dans l'âme.

Alors des textes comme le tien, ça fait du bien à lire et il n'y a aucune hypocrisie.

Même un pasteur protestant m'avait giflé méchamment quand j'étais enfant, parce que je trainais pour aller à l'école... Un salaud de plus !



Osi a écrit:
Les temps ont changés et les idées avec. Mais qu’elle était donc cette dictature ?
pas si lointaine...

Osi a écrit:
À l’époque de Jean Callas, les protestants ne pouvaient pas exercer certaines professions parce qu’il fallait être catholique. Les protestants étaient des voleurs et des menteurs et ont pouvait les accuser de parricide sans aucune autre raison valable que d’être protestant et d’être bien trop faible pour commettre ce crime.
Dans ce même registre à visiter le Musée du Désert à Mialet entre Anduze et St-Jean du Gard. Assez dur, j'en conviens.

Encore brav et merci Cédille.
Revenir en haut Aller en bas
catsoniou

avatar


MessageSujet: Re: Mademoiselle POUSSINET   Jeu 8 Oct 2009 - 9:23

Si enfer il y a , il a sûrement été conçu à destination de tous(tes) les Poussinet du monde !!!

Magnifique texte sur l'intolérance.

Revenir en haut Aller en bas
lauravanelcoytte

avatar


MessageSujet: Re: Mademoiselle POUSSINET   Ven 9 Oct 2009 - 17:15

Quel portrait au vitriol!
Revenir en haut Aller en bas
BRIGOU

avatar


MessageSujet: Re: Mademoiselle POUSSINET   Ven 9 Oct 2009 - 19:26

Moi aussi j'en ai connu des Madame PISSOUNET je n'ai rien oublié de cette époque là car ce genre de personne vous marque pour la vie !

Bravo pour ton témoignage et pour cette belle écriture Cédille
Revenir en haut Aller en bas
alainx
Modérateur
avatar


MessageSujet: Re: Mademoiselle POUSSINET   Ven 9 Oct 2009 - 21:03

Je comprends mieux pourquoi dans la religion chrétienne il est question de l'enfer...
Je me demandais qui pouvait bien se retrouver là-bas.

À présent je réalise que ce truc doit être rempli de curés, de bonnes soeurs, et de nombreuses grenouilles de bénitier !

Revenir en haut Aller en bas
Osi

avatar


MessageSujet: Re: Mademoiselle POUSSINET   Dim 11 Oct 2009 - 12:52

Merci de m'avoir appris qu'il y avait bien plus de choses que je ne pensais qui séparent nos générations.

Même si je ne comprendrais jamais tout, je comprends un peu mieux ces façons de penser.

C'est un plaisir de partager avec vous.
Revenir en haut Aller en bas
kmeleon




MessageSujet: Re: Mademoiselle POUSSINET   Dim 11 Oct 2009 - 18:00

Citation :
eu des pensées contraires aux (bonnes ?) mœurs, des envies inavouables (mais tellement délicieuses !)

Citation :
Oh que de mauvaises pensées je vois dans ces yeux-là !

Ca y est! Je comprends mieux pourquoi je m'empêchais d'avoir de mauvaises pensées étant adolescent. Ce !!X!XX!XX!! d'aumônier me disait la même chose. Merci pour la psychanalyse suée
suée suée
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mademoiselle POUSSINET   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mademoiselle POUSSINET
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Collection] Marabout Mademoiselle (Gérard)
» qui est mademoiselle Brésina ?
» Mademoiselle coccinelle
» Mademoiselle K acoustic
» Mademoiselle Chocolat de Q-pot.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kaléïdoplumes 1: 2008/2009 :: -- ATELIERS 2009 -- :: -- ESPACE ECRITURE 2009 -- :: ECRITURE SUR CONSIGNE :: Consigne 93-
Sauter vers: